internship report

50

Upload: val-lapinoushka

Post on 10-Mar-2016

226 views

Category:

Documents


0 download

DESCRIPTION

Made for Estienne School in 2012.

TRANSCRIPT

Page 1: Internship Report
Page 2: Internship Report
Page 3: Internship Report

Sommaire

INTRODUCTION ................................................................. 5Remerciements .......................................................................7

PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE .......................................... 8Organisation ..................................................................... 12Processus de fabrication ...................................................... 14Organigramme ................................................................... 23

ACTIVITÉS ......................................................................... 24Projets décrits ..................................................................... 26Matériels et logiciels utilisés .................................................. 32

MON POSTE DE TRAVAIL ................................................... 34Implantation ...................................................................... 38

DÉMARCHES HYGIÈNE ET SÉCURITÉ ................................... 39Situation critique ................................................................ 40

NORMES ET CERTIFICATIONS ............................................. 42

PROBLÈMES RENCONTRÉS LORS DE LA PRODUCTION ......... 44

POINT PARTICULIER ........................................................... 45Problèmes rencontrés ........................................................... 45Solutions proposées ............................................................ 46

CONCLUSION .................................................................. 48

3

Page 4: Internship Report
Page 5: Internship Report

introduction

Ayant effectué cinq stages dans différents secteurs du domaine des industries graphiques lors de mon parcours scolaire, j’avais envie cette fois de découvrir le monde des éditions françaises.

J’étais plus particulièrement intéressée par les éditions de bandes dessi-nées. C’est pour cette raison que j’ai postulé dans de nombreuses maisons d’édition, telles que : Dargaud, Delcourt, Soleil, etc.. Malheureusement, ma candidature n’a été retenue chez aucun d’entre eux. Mais le destin en a décidé autrement, s’étant présenté à moi en forme d’un « ami » sur Facebook, et m’ayant parlée d’une petite maison d’édition de Fantasy se nommant Milady. J’étais très en retard dans mes recherches de stage, c’est pour cette raison que j’ai saisi l’occasion d’envoyer un message criant «  au secours  » sur la page Facebook de Milady. Trois petites semaines plus tard j’ai reçu une réponse : « Pas de soucis, envoyez votre CV à cette adresse mail et je ferai part de votre enthousiasme à mes supérieurs. ».Suite à cela, j’ai décroché un entretien avec ma « future » tutrice qui m’a chaleureusement accueillie dans les locaux de l’édition Bragelonne... Attendez une minute !.. J’ai dit Bragelonne ? Tout à fait, car Milady n’est autre que l’un des nombreux labels de l’édition-mère qui se nomme si fièrement Bragelonne. Étant un peu étonnée, j’ai tout de même passé une demi-heure très sympathique en compagnie de Céline, qui a pris le temps de m’expliquer le fonctionnement de l’édition Bragelonne ainsi que les diverses tâches qu’elles allait me confier si jamais ma candida-ture était retenue... Ce qui a été le cas.

5

Page 6: Internship Report
Page 7: Internship Report

remerciementS

Je voudrais ici remercier toute l’équipe de Bragelonne et plus parti-culièrement le service marketing dans lequel j’ai été intégrée, où j’ai passé d’excellents moments et où j’ai fait la rencontre de gens

« bizarres », mais tout à fait exceptionnels, remplis de bonne humeur et d’un esprit d’équipe sans limites !Je remercie, tout d’abord, Sébastien Moricard, notre chef d’équipe, qui m’a souvent fait rire avec ses blagues, ses remarques ou le fait d’avoir perdu le nom de son service en jouant au jeu de « palets » avec le gérant de Bragelonne Alain Nevant, après un séminaire bien épuisant. Oui, désormais le service marketing se nomme « le service presse »... Pas pour longtemps m’a-t-on rassurée... Enfin bref !Je remercie Leslie Palant, Claire Geret et Marie Lechevalier pour leur bonne humeur et leurs sourires qui illuminaient si souvent nos journées de travail.Je remercie aussi César Bastos (à qui je voulais tout le temps dire « Ave, César ! »...) pour sa gentillesse et son sens de l’humour, ainsi que pour m’avoir fait découvrir une série exceptionnelle se nommant « Le Trône de Fer » (oui cela mérite de figurer dans mon rapport de stage ! Cette série télévisée est vraiment géniale !).Et par dessus tout, j’aimerais remercier ma tutrice et tout simplement une amie - Céline Hubert. Céline m’a apportée en connaissances techniques beaucoup plus que lors de tous mes stages précédents  ! Sans parler de son enthousiasme et sa bonne humeur qui me donnaient toujours envie de travailler plus et de faire de mon mieux durant toute la période de stage.Par la même occasion, je remercie tout simplement toute l’équipe de Bragelonne, qui m’a accueillie si chaleureusement et m’a fait sentir chez moi dès mon arrivée. Je n’oublierai jamais mon séjour chez Bragelonne.

7

Page 8: Internship Report

8

PréSentation de l’entrePriSe

« Fondé par une bande de copains le 1er avril 2000 avec trois fois rien (mais beaucoup de passion), Bragelonne est devenu très vite le premier éditeur francophone des littératures de l’imaginaire, celles qui riment avec évasion, aventure, magie et merveilleux : Fantasy, science-fiction, fantastique… L’aventure Bragelonne continue aujourd’hui avec ses deux labels : Milady, qui propose d’étendre ces littératures avec une vaste offre de livres de poche et de bandes dessinées, et Castelmore, plus particu-lièrement dédié aux lecteurs adolescents et jeunes adultes. Que vous partiez vers les étoiles ou en quête d’un autre monde, les destinations ne manquent pas… et les voyages se révèlent extraordinaires !  »

Bragelonne Dream Team

Page 9: Internship Report

On ne saura jamais ce qu’Alexandre Dumas aurait pensé de l’uti-lisation de son héros, Raoul, ci-devant Vicomte de Bragelonne, pour désigner cette maison d’édition gaillardement ouverte sur

la modernité qui, en dix années d’existence, peut s’enorgueillir d’être devenue le plus grand éditeur francophone de l’imaginaire. Deux cents auteurs, cinq cents titres, deux cents cinquante titres en éditions de poche, cinq millions d’ouvrages vendus, plus de quarante sept personnes employées à temps plein : il paraît loin, le temps où tout débuta dans ce qui tenait davantage de la cave, quand on pénètre aujourd’hui l’immeuble de la rue d’Hauteville dans le 10e arrondissement de Paris.

Oui, aujourd’hui les éditions Bragelonne et leurs trois labels sont situés en plein cœur de Paris 10e. Ce sont des anciens locaux des studios MTVMusic, GameOne et autres. Autant dire que ces locaux sont grands, vastes et très lumineux. Chaque service a sa propre décoration, selon les goûts de leurs occupants et le degré de leur esprit de « geek1 ».

« Bragelonne » édition-mère, « Castelmore », livres de Jeunesse.livres/collections brochés.

« Milady », livres de poches et de BD.

9

1 : personne passionnée par les technologies de l’information et de la communication, en particu-lier par Internet et les jeux-vidéo.

Page 10: Internship Report

10

On peut dire que Bragelonne a autant de concurrents qu’il existe d’édi-tions publiant des livres de SF ou de Fantasy. Mais ses rivaux les plus évidents sont :

•éditionsMnémos •éditionsOrbit

•éditionsElipse •éditionsGallimard Folio Science-Fiction

•éditionsJ’ai Lu Poche

Page 11: Internship Report

11

Les éditons Bragelonne ont un marché très important en France, mais elles éditent également en Belgique, en Suisse et au Canada.

Aujourd’hui, Bragelonne édite de 5 à 10 titres par mois, ce qui fait en moyenne 70 titres par an ! Les titres sont sélectionnés par les directeurs éditoriales, dont Stéphane Marsan et Alain Névant, le gérant.

Activité

Catégorie

Siège social

Forme juridique

Édition de livres

5811Z

Médias

60, rue d’Hauteville

75010

SARL

SIRET

RCS

Capital social

Immatriculation

Nationalité

Nombre de salariés

43008279200044

Paris B 430 082 792

300.000, 00 €

31.03.2000

France

47

Page 12: Internship Report

12

Étant donné que j’ai été intégrée, dès mon arrivée, au sein du service marketing et communication, j’ai donc pu observer et participer à la réalisation des différents produits du marketing et

de la publicité. Ces produits sont destinés (à 80% des cas) aux clients internes : le service marketing lui-même et les autres services de l’édition (services commercial, éditorial, presse, etc.), mais aussi aux diffuseurs, aux libraires et enfin aux lecteurs.

Pour la réalisation de chaque produit (sauf dans des cas où on a l’ha-bitude de travailler avec tel ou tel fournisseur pour certains types de produits) la responsable de la fabrication du service marketing (qui était ma tutrice aussi) fait un appel d’offre sous forme de demande de devis. Étant son assistante pendant toute la période de mon stage, j’ai moi-même effectué ces demandes pour chaque produit avant même d’avoir commencé leur création. Ces demandes se faisaient uniquement par mail pour éviter toute confusion au téléphone. Dans certains cas on soumettait des croquis explicatifs pour une meilleure compréhension de la demande.

organiSation

Page 13: Internship Report

13

Voici un exemple d’une demande de devis pour une fiche A4 R° / V° en quadrichromie (voir page suivante) :

Bonjour, J’aurais besoin d’un devis pour notre fiche A4 Monster High pour au plus tard lundi matin le 23 juillet 2011. Voici les caractéristiques techniques de ce produit :

Format : feuillet A4 Papier : Novatech Satin 300gr. couché 2 faces Impression : quadri R° / V° Finition : coupe au format + vernis mat (en option) Conditionnement : sous film thermo, en carton et référencés selon les points de livraison Quantité : 800 exemplaires Livraison : deux points Paris

Merci de préciser votre dead-line de remise de fichiers pour une livraison pour le 2 août 2011. Bien cordialement, l’équipe du service marketing de Bragelonne.

Page 14: Internship Report

14

ProceSSuS de Fabrication

Rassemblement d’éléments nécessaires à la production

Retouches images

Épreuve contractuellesous-traitée

Demande de corrections auprès

des correcteurs

Épreuve imprimante

Traitement de fichiers

Images Textes

Corrections Corrections

Mise en page

Demande de devis auprès des imprimeurs Étude du dossier

Page 15: Internship Report

15

Corrections(textes et MEP)

Épreuve imprimantede la MEP

Génération du PDF

Envoi du PDF à l’imprimeur choisi

Réception des exemplaires

pour les employés

Diffusion / Distribution

Mise en pageRéception / validation du devis choisi

BAT(numérique ou papier)

Commande diffusion (diffuseur MDS)

Page 16: Internship Report

16

Ainsi, j’interroge de cette manière une dizaine d’imprimeurs. Et 2-3 jours plus tard, je reçois plusieurs devis, parmi lesquels je dois choisir l’impri-meur le moins cher ou alors le plus performant et rapide en productivité. Voici un exemple de devis que j’ai reçu pour cet appel d’offre (voir annexes 1 et 2).

Le service marketing travaille en collaboration avec au moins :

•unequinzained’imprimeursdifférents(offsetetnumérique) •septcartonniers(impressiondePLV) •unnombreimportantdemaquettistesfree-lance (en fonction des produits), pour des raisons économiques, à mon avis.

organiSation (Suite)

Page 17: Internship Report

En résumé, le processus de fabrication des produits marketing est très simple : la direction définit les priorités marketing à venir et les communique au chef du service marketing Sébastien Mori-

card. Après avoir réfléchi sur la question, Sébastien sélectionne parmi les produits proposés ceux qui lui semblent les plus efficaces visuelle-ment et financièrement. Il fait un briefing à son équipe et tout ceux qui seront concernés par la production. Cette équipe, à son tour, fait des propositions, des suggestions, et ainsi tout le monde se met d’accord et la production peut commencer. Je n’avais malheureusement pas accès au planning du service, et n’effectuais que des tâches confiées par ma tutrice. Céline, en tant que chef de fabrication effectue sa démarche habituelle, en interrogeant des imprimeurs ou des fournisseurs. C’est aussi à elle (ou à moi, durant mon stage) de réaliser la mise en page du produit à partir des éléments graphiques fournis par les graphistes qui s’occupent de la création des couvertures de livres. Toute cette fabri-cation reste, bien évidemment, sous l’œil attentif de Sébastien, qui ne manque pas à son devoir et donne régulièrement des conseils tant utiles que créatifs. Une fois, la mise page terminée, une copie imprimée est envoyée au service de correction, qui effectue des modifications de textes et procède à leur changement si nécessaire. Après l’intégration de toutes les corrections, le feu vert de Céline et de Sébastien, la version finale est aussitôt envoyée à la direction. Si jamais il y a d’autres choses à changer, Céline le fait, et envoie directement les fichiers à l’imprimeur choisi.Il faut bien préciser que chaque produit marketing est spécifique, et parfois, nécessite d’autres démarches à effectuer pour sa réalisation, telles que :

•demandedecréationd’unprototypeavantlelancement de la production, pour corriger d’éventuels erreurs qui pourraient se présenter •utilisationdediversprocédésdefaçonnage,selonlebudget accordé par la direction, tels que le vernis sélectif, les découpes, les collages, etc.

17

Page 18: Internship Report

18

Les plannings du service marketing sont définis en fonction des cycles de diffusion (2-3 mois) ainsi qu’en fonction des plannings éditoriaux. Les produits réalisés sont souvent destinés à faire de la promotion

et de la publicité aux livres qui vont sortir d’ici peu. Pour les produits les plus importants, des opérations spéciales sont mises en place. Toute l’équipe de Bragelonne y participe pour assurer le succès de l’opération. Les dossiers de fabrication de Bragelonne varient en fonction des produits. Mais au sein du service marketing le dossier de fabrication, à proprement parler, n’existe pas, ou alors se présente sous forme numé-rique, puis stocké sur un serveur (voir chap. Point particulier, p. 45).

Suivant l’importance du produits à réaliser, une démarche qualité plus ou moins importante est mise en place. Par exemple, pour un simple feuillet A4 tiré à plus de 1000 exemplaires, un BAT numérique (dit, BAT à l’écran) suffira, tandis que pour une PLV qui fera 2 mètres de hauteur tiré à moins de 100 exemplaires, Céline commandera des épreuves numériques et ira à l’imprimerie pour participer au calage machine.

J’ai moi-même eu la chance de participer au calage d’une PLV, de la grande opération Bit-Lit2 organisée par Milady. Arrivées sur place nous avons été accueillies, Céline et moi, par un monsieur qui s’est avéré le chef de l’imprimerie que nous allions visiter. Une fois sur place, il nous a présenté toute l’équipe, proposé un petit café et nous a montré une sortie traceur ainsi que les premières feuilles imprimées de notre PLV. Nous avons été ravies de constater enfin la taille réelle de ce produit - « en chaire et en os », pourrait-on dire, - qui nous a tant posé de problèmes lors de sa création (problèmes liés au poids et à la chromie). Étant donné sa grande taille, les ordinateurs avaient parfois du mal à « réflé-chir » et à exploiter le fichier.

2 : Le bit lit (littéralement, «  littérature mordante pour jeunes filles  ») est un sous genre de la Fantasy urbaine (vampirisme, loups-garous et autres).

Page 19: Internship Report

19

Page 20: Internship Report

20

Page 21: Internship Report

Nous avons passé toute la matinée dans cette imprimerie, car, ayant constaté quelques défauts d’encrage, nous avons dû demander au conducteur offset chargé de ce travail de régler

sa machine. Nous avons, en quelques sortes, joué le rôle des clients « casse-pieds ». « Oui, un peu moins du magenta par ici... Un peu plus du cyan par là... Ah, non ! Cela devient trop vert ! », etc. J’ai, néanmoins, trouvé cela étonnant, étant donné que l’imprimeur était sensé faire son travail comme il faut. Cela dit, Céline m’a expliquée par la suite, que ce n’était pas forcément nécessaire, mais que cela faisait toujours plaisir de réaliser un travail correct, et que le fait d’y mettre toutes nos forces pour réussir remontait le moral à toute l’équipe. Ce que j’ai pu constater par moi-même, durant ces sept semaines de stage. La bonne entente ainsi que la bonne humeur règnent toujours dans les locaux de Bragelonne. Et les employés qui y travaillent sont souriants, agréables et très sympa-thiques. On peut presque lire dans leur regard l’envie de faire toujours mieux ainsi qu’une véritable passion pour ce qu’ils font.

21

Page 22: Internship Report

22

Et d’ailleurs, en parlant des personnes sympathiques et passionnées !

Voici l’équipe de mon service !

Et comme les apparences sont parfois trompeuses, même si ces gens ont transformé leur milieu professionnel en un endroit chaleureux et accueillant, ils restent toujours sérieux, exigeants et surtout très compé-tents dans le métier qui est le leur.

Page 23: Internship Report

23

organigramme

Page 24: Internship Report

24

activitéS

Page 25: Internship Report

Mes responsabilités au sein du service marketing étaient très précises et on peut même dire – illimitées. Pour être plus claire, tout ce que je jugeais nécessaire de faire, d’établir, ou de

suggérer – je pouvais l’effectuer, à une seule condition : Céline devait donner son feu vert. Étant donné, que je jouais plus le rôle de l’assistante de Céline que de sa stagiaire, j’avais la possibilité d’être en contact avec les imprimeurs, les fournisseurs, et surtout d’assister aux réunions organisées pour eux. J’ai su me montrer très performante, réactive et surtout polyvalente. Créer une mise en page ? Pas de soucis ! Passer une commande chez un imprimeur ? C’est déjà fait. Faire une BD improvisée pour la notice d’utilisation du kit-cadeau Bit-Lit3 ? Je m’y lance les yeux fermés ! Durant toute la période de stage, j’ai eu la possibilité de créer de nombreux produits, tant différents les uns des autres que variés :

•flyerspublicitaires(destinésàêtreinsérésdansdeslivres) •fichesdeprésentationdecertainslivres •posters •nombreusesPLVpourdessériesdebouquins •lettreslibraires •dossiersdepresse •livretdédiéàunegrandesériedelivresd’unauteurprécis •projetsuniques,telquelaréalisationd’unkit-cadeau •bannièrespublicitairesmissurplusieurssitesInternet •etc.

3 : Un grand Kit-cadeau destiné aux libraires pour l’opération Bit-Lit, entièrement créé, réalisé et finalisé par Céline et moi. La petite notice d’utilisation s’est présentée sous forme de BD que j’ai accepté de dessiner spécialement pour Bragelonne (voir annexe 3).

25

Page 26: Internship Report

26

Je vais décrire ici les proJets que J’ai réaliséset qui m’ont le plus marquée

Le premier s’agit d’un dossier de presse4 de 8 pages se nommant Vivants. Vivants est un livre d’un jeune auteur britannique Isaac Marion. Ce livre n’est pas encore sorti, mais fera son apparition en

novembre prochain. J’ai eu la chance de le lire en épreuve non corrigée, et comme je connaissais bien l’histoire et l’intrigue du bouquin, Céline m’a confiée la réalisation de ce dossier de A à Z. La première chose à faire c’était, bien évidemment, d’assister à la réunion préparée pour que Leslie (l’attachée de presse) explique ce qu’elle voulait comme format, le papier et le style du document. Elle avait même préparé une petite pré-maquette explicative pour moi, en m’ayant donné quelques conseils précis. Ensuite, je devais procéder à la fabrication du produit. Mais d’abord, Céline me donnait le nombre d’exemplaires défini par Leslie et Sébas-tien ainsi que les dates de livraison. Je me suis tout de suite mise au travail. Tout d’abord, j’ai passé la demande de devis et l’ai envoyé à une dizaine d’imprimeurs. Sans perdre de temps, j’ai commencé la création de la mise en page. J’ai réalisé quelques propositions, et avant de les montrer à Leslie, j’ai préféré d’abord les montrer à Céline, qui n’a pas manqué à son devoir de tutrice de stage et m’a aidé à perfectionner ma création. En voulant bien faire le travail qui m’a été confié, j’ai effectué une sortie imprimante de la mise en page et ai réalisé une maquette au format réel. De cette manière, quand je l’ai présentée à Leslie, elle a tout de suite pu constater ce qui allait ou pas dans la maquette. Ensuite, je suis allée directement dans le service de correction pour leur confier la maquette et pour que l’une des correctrices fasse une lecture de l’ensemble du document.

4 : Les dossiers de presse sont destinés à certains journalistes choisis par l’attachée de presse de Bragelonne Leslie Palant pour faire de la promo d’un nouveau livre à paraître sous peu, en espérant

qu’eux, en retour, écriront un article dessus.

Page 27: Internship Report

Un jour plus tard, l’une des correctrices est venue rendre la maquette à Leslie avec des corrections intégrées dedans. Leslie, à son tour, a vérifié ces corrections, les a approuvées et a ajouté les siennes (voir annexe 4). Bref, après toutes ces étapes, j’ai intégré toutes les modifications dans ma mise en page. Mais vu que ma tutrice aime que tout soit nickel de chez nickel, il y a eu une deuxième vérifi-cation de la maquette et bien évidemment l’accord de notre chef Sebastien et seulement après, j’ai pu enfin créer mon PDF !

Jusqu’au moment où le PDF a été généré je n’arrêtais pas de recevoir par mail les réponses des imprimeurs que j’avais interrogés. J’ai aussitôt imprimé tous les devis reçus et en a fait part à Céline. Pour m’apprendre à bien gérer ce genre de documents et à prendre la bonne décision, elle m’a confié un dossier (fichier excel), qui représentait une sorte d’archive de coûts de tous les produits marketing de l’année 2011. J’ai donc dû intégrer le dossier de presse Vivants dedans. En ayant fait un tableau progressif et détaillé de toutes les offres que j’ai reçu, j’ai pu choisir la meilleure proposition en fonction des coûts et de la rapidité de la production annoncée.

27

Page 28: Internship Report

28

Mon choix s’est donc penché plus vers l’imprimerie JOUVE qui nous a fait une offre convenable de 939,00 € avec l’option vernis sélectif pour 300 exemplaires. J’ai pu confir-

mer (toujours par mail) au représentant de l’imprimerie JOUVE que nous avons accepté leur offre. Par politesse j’ai envoyé un mail de refus à tous les autres imprimeurs, cela allait de soit. Après, nous avons mis en place un dossier de partage sur notre serveur FTP destiné à l’imprimerie JOUVE, où j’ai déposé tous les fichiers (PDF de la brochure 8 pages et PDF du vernis sélectif). La certification PDF est propre au service marketing, et a été créée par Céline.

Quelques jours plus tard, toujours dans les délais, un colis à mon nom est arrivé (oui, à mon nom ! bon, avec un « i » à la place de « y » dans mon prénom, mais c’est pas grave...) avec deux exemplaires de BAT du dossier de presse Vivants (voir annexe 5).Grâce à ce BAT j’ai pu constater un défaut d’impression, ou plutôt l’erreur de ma part lors de la création de la maquette : l’image du fond s’est retrouvée par dessus le texte sur les pages 2 et 3 (une erreur de ma part, j’ai pas vérifié les images du fond). J’ai dû donc refaire le PDF de ces pages, en aver-tir l’imprimeur et lui renvoyer le bon fichier corrigé. Cela nous a pas fait perdre du temps, car l’imprimerie JOUVE s’est avérée

très performante et nous a vite répondus.Le BAT a été envoyé la deuxième fois sous forme numérique. Après mon « feu vert » et celui de ma tutrice, la production a été lancée et achevée avec succès 4 jours plus tard. à la réception du carton avec nos exemplaires, tout le monde a été content, et on n’arrêtait pas de me complimenter pour un travail réussi (surtout pour le vernis sélectif sur la couverture).

Page 29: Internship Report

29

Cette expérience m’a beaucoup apportée en connaissances techniques, comme la réalisation d’un document imprimé sur du papier avec un fort grammage (300 g) et avec du vernis sélectif. De plus, le choix de l’imprimeur a été fort important, c’est pour cela que j’ai bien appris d’archiver toutes les offres des imprimeurs afin de choisir la meilleurs parmi les reçues. Cela permettra d’éviter de refaire une nouvelle demande de devis pour un projet similaire.

Page 30: Internship Report

30

Le deuxième projet est la réalisation d’un produit de marketing unique que j’ai pu élaborer du début jusqu’à la fin. Je ne vais pas le décrire en détails, parce que je n’ai pas rencontré de problèmes particuliers

lors de sa production. Mais il a le mérite d’être cité dans mon rapport !Le produit en question est un livret de 20 pages, destiné aux lecteurs passionnés par les Univers de Raymond E. Feist, édité chez Bragelonne depuis des années. Ce livret regroupe la chronologie complète des livres de cet auteur, ainsi que des descriptions et des résumés de chaque trilogie. Tiré à 16 000 exemplaires, ce fut, sans doute le projet le plus important et le plus ambitieux de mon stage.J’ai eu le loisir de créer la mise en page, de passer commande auprès d’un imprimeur, de signer le BAT, etc.

Mais le plus impressionnant pour moi était de voir les réactions des fans sur la page Facebook de Bragelonne. Et surtout, un petit clin d’oeil (de la part de César, à mon avis...) sur le blog officiel de Bragelonne.

Page 31: Internship Report

31

Merci à toute l’équipe de Bragelonne de m’avoir aidée et d’avoir cru en moi pour la réalisation de ce livret ! Vous êtes géniaux !

Page 32: Internship Report

32

matérielS

et logicielS

utiliSéS Matériels utilisés au sein du service marketing :

•iMac21.5pouces,OSX

•PC,WindowsXP,Windows7

•3imprimantesHPLaserJetEntrepriseP3015(formatmaxA4)

•1imprimanteNBCanonLaserJet(formatmaxA3)

•1imprimantecouleurCanonLaserJet(formatmaxA3)

•1massicotàmain

Page 33: Internship Report

33

Logiciels utilisés au sein du service marketing :

•AdobePhotoshopCS5

•AdobeIllustratorCS5

•AdobeIndesignCS5

•AdobeFlashCS5

•AdobeAcrobatPro

•CyberDuck

•WordMicrosoftOffice2007

•ExcelMicrosoftOffice2007

•iCal(pourlesplannings)

Page 34: Internship Report

34

mon PoSte de travail

Page 35: Internship Report

Chez Bragelonne on a l’habitude d’accueillir les stagiaires dans les différents services. Seulement, en étant en position d’observa-tion, la première chose que j’ai remarquée, à mon arrivée, c’était

mon poste de travail. Pour être plus précise – son emplacement. Mon bureau était si étroit que j’avais parfois du mal à organiser mes affaires dessus. Et l’écran de mon iMac se trouvait sur la droite du bureau, tourné vers moi.

Comme vous pouvez constater sur cette photo, mon bureau était « lié » au bureau de Céline, car de cette manière nous pouvions communi-quer plus facilement, et Céline pouvait contrôler mon travail au fur et à mesure de mon avancement. Cependant, cette position n’était pas forcé-ment confortable pour moi, car ma posture n’était jamais droite, et mon coude droit n’avait pas d’appui sur la table si petite. De ce fait, en fin de journée, je ressentais parfois, des picotements dans mon bras droit ainsi qu’une douleur au niveau du dos. Ce n’était pas très agréable, je l’admets, et d’après Céline, si jamais un inspecteur de travail se présen-tait avec une inspection improvisée dans le service marketing, ce poste aurait été supprimé.

35

Page 36: Internship Report

36

Non seulement, la position de l’écran n’était pas conforme à la sécurité du travail, mais l’écran lui-même n’était pas calibré. Par ailleurs, sa luminosité était tellement faible, que je devais

sans cesse me rapprocher de lui pour mieux voir les couleurs de tel ou tel document. C’est pour cette raison, que j’ai souvent ressenti une fati-gue oculaire assez importante. Mais le problème le plus évident qui se présentait à moi c’était la perte de temps lié à tous ces inconvenants. Je passais souvent des heures devant un travail simple, voire élémentaire, parce que j’avais du mal à comparer les couleurs à l’écran, à trouver la bonne teinte. Installer un poste de travail correct serait forcément coûteux, mais je ne pense pas que ce soit le seul problème.Je communiquais assez régulièrement mon mécontentement et ma gène de travailler sur un tel poste de travail, mais Céline ne pouvait malheu-reusement rien faire – ce n’était pas en son pouvoir de changer quoi que ce soit. Tout ce qu’elle pouvait faire pour moi c’était de m’accorder des pauses régulières pour me reposer les yeux et le corps.Pour faciliter mon travail, j’ai demandée à ma tutrice si je pouvais rame-ner ma tablette graphique. De cette façon je pouvais mieux exploiter les fichiers. De plus, avec une tablette graphique, mon bras droit se reposait plus souvent qu’avec la souris de mon poste, qui n’était pas très maniable non plus. Au final, après avoir contacté le service de mainte-nance informatique, j’ai fait une demande officielle pour amener mon matériel. L’installation s’est effectuée le lendemain, à l’aide d’un techni-cien employé chez Bragelonne. Grâce à cela, j’ai pu ressentir une nette amélioration et ainsi pu travailler avec rapidité.

Page 37: Internship Report

37

Ci-dessous est représenté le poste de travail conforme aux normes de sécurité de travail (source : Internet).

Page 38: Internship Report

38

wc

Service Commercial

Service Marketing

extincteur

sortie escalier

imPlantation

Page 39: Internship Report

En raison de la grande taille des locaux, je n’ai pas pu remarquer d’anomalies liées à la sécurité du travail, mis à part mon service ainsi que d’autres bureaux que je fréquentais par besoin. Étant

donné le récent déménagement de toute l’équipe de Bragelonne dans les nouveaux locaux actuels, il y avait encore des salles vides, non attri-buées au personnel. Les salles étaient équipées d’un appareil de clima-tisation pour les périodes de grande chaleur, et ainsi il était toujours agréable de travailler dans ces conditions. Dans tous les couloirs des extincteurs étaient mis à disposition du personnel. Malheureusement, il y en avait pas dans les bureaux.

Le point positif des locaux de Bragelonne, c’était la propreté. Chaque matin, les femmes de ménage rangeaient les chaises oubliées par les employés, passaient l’aspirateur, nettoyaient les bureaux et vidaient les poubelles. Il était toujours agréable de retrouver nos locaux propres et frais tous les matins. Et comme je suis, moi-même, une adepte de la propreté, je passais régulièrement un coup de chiffon sur mon grand écran, ma souris et mon clavier, tout en utilisant un produit spécial destiné au nettoyage du matériel informatique, mis à disposition du personnel.

39

démarcheS hygiène et Sécurité

Page 40: Internship Report

40

J e vais parler maintenant d’un beau jour, où nos ordinateurs se sont éteints subitement, à cause d’une panne d’électricité. Nous étions plongés dans le noir (enfin, façon de parler vu qu’il faisait jour

et que les fenêtres étaient grandes ouvertes…) et un « doux » son de l’alarme incendie est venue effleurer nos oreilles. Entre « punaise, j’ai pas enregistré mon fichier sur lequel je bosse depuis 3 heures ! » et « mince, ça a fichu mon travail ! » nous sommes sortis des locaux, aussi organisés que calmes, sans savoir s’il y avait vraiment le feu ou si ce n’était qu’un exercice. Une fois tous les employés dehors, nous avons passé un quart d’heure à attendre l’avis du technicien qui est venu nous dire plus tard qu’effectivement, ce n’était qu’un exercice nécessaire, et qu’ils ont déjà l’habitude de le pratiquer régulièrement. Cette mesure préventive de sécurité me semble très efficace, car j’ai remarqué avec quelle rapidité mes collègues ont réagis pour vider les locaux face à un éventuel danger. Dans la mesure ou l’électricité a été coupée, et où nos ordinateurs ont été arrêtés, nous avons dû recommencer le travail sur nos fichiers, ce qui n’était vraiment pas très plaisant. Mais néanmoins, après cet incident, mon reflex de tous les jours était de sauvegarder chaque 10 minutes mes données informatiques sur le serveur.

En cas de vrai feu, les serveurs ne seraient pas perdus. Tout au début de mon stage, j’ai eu droit à une visite de tous les locaux de Bragelonne. Et j’ai pu ainsi constater que l’endroit où les serveurs étaient positionnés se trouvait au rez-de-chaussée, dans une grande salle simple et climati-sée, sans objets encombrants, et avec une porte coupe-feu.

Situation critique

Page 41: Internship Report

41

Page 42: Internship Report

42

normeS et certiFicationS

Page 43: Internship Report

Ma tutrice a organisé une petite réunion pour me parler de l’ensemble de l’entreprise, ainsi que de son fonctionnement au quotidien. Cependant, j’ai eu le regret d’apprendre que

Bragelonne n’avait aucune certification ISO5. J’ai trouvé cela très regret-table et même décourageant que l’entreprise se souciait si peu de l’envi-ronnement et de la qualité.

Après avoir partagé mon avis avec Céline, elle m’a confiée qu’en seule-ment 10 ans d’existence, les certifications ne faisaient pas parties des grandes priorités de la direction de Bragelonne. Leur seule préoccupa-tion était d’avancer, de fidéliser de nouveaux clients et d’augmenter leur production. Ayant acquis une situation stable est régulière Bragelonne se dirige lentement vers ces normes. Elles sont, aujourd’hui nécessaires pour assurer la bonne qualité des produits, ainsi qu’améliorer l’image de la maison.

J’ai pu constater moi-même que les éditions Bragelonne travaillaient en collaboration avec des imprimeurs certifiés « Imprim’Vert » et « FSC » (écolabels) et que tous les produits marketing que l’on produisait au sein de l’entreprise étaient certifiés eux aussi.

Je ne manquerai pas de mention-ner que les sacs plastiques mis à disposition des employés étaient 100% recyclables.

5 : La certification ISO est une activité par laquelle un organisme reconnu, indépendant des parties en cause, donne une assurance écrite qu’une organisation, un processus, un service, un produit ou des compétences professionnelles sont conformes à des exigences spécifiées dans un référentiel.

43

Page 44: Internship Report

44

Les problèmes les plus fréquents qui se présentaient à moi lors de mon stage chez Bragelonne, étaient souvent liés au manque d’élé-ments graphiques nécessaires à la création des mises en page. Il

était très pénible d’avoir un projet en main, et d’essayer de travailler dessus sans avoir la matière à exploiter. Ce problème est dû au fait, que les graphistes chargés de la création des couvertures de livres étaient toujours en amont en production. Par exemple, pour la réalisation d’un flyer pour la promo d’un livre sortant l’année prochaine, les éléments graphiques n’arriveront que 3-4 mois avant la sortie du livre. De plus, les graphistes créent d’abord des pré-couvertures à partir d’éléments de basse qualité, ce qui ne facilite pas la tâche. Donc, en résumé, entre le choix de couverture définitive, des éléments graphiques et des polices, il est souvent compliqué de créer des flyers ou autres produits à partir de « suggestions » et non d’images de bonne qualité. On peut, malheureu-sement rien faire pour empêcher cela, car les produits marketings sont destinés à sortir avant les livres et à faire de la publicité pour ces livres.Autres problèmes fréquents liés aux images ce sont les licences et les droits d’auteur. Car Bragelonne travaille essentiellement en collaboration avec des illustrateurs étrangers, et souvent on a du mal à les contacter, à exploiter leurs fichiers (différences de profils colorimétriques) et à obte-nir leur accord pour telle ou telle utilisation de leurs images. J’ai moi-même été confrontée à ce genre de soucis, en travaillant sur un totem publicitaire « Lenore ». Le dessinateur de l’ouvrage est américain (Roman Dirge), et nous avons dû attendre plus de trois jours avant d’avoir reçu sa réponse concernant l’accord d’exploitation de ses illustrations pour une publicité.

ProblèmeS rencontréS lorS de la Production

Page 45: Internship Report

Point Particulier problèmes rencontrés

Je voudrais décrire ici un point particulier concernant le dossier de fabri-cation. Dans le service marketing, nous n’avions pas de dossier de fabri-cation à proprement dit, parce que ce service est encore très jeune et on n’a pas pu mettre en place les documents de suivi nécessaires à la réalisation des produits et à la certification de la bonne qualité. Toutes les informations concernant tel ou tel produit à réaliser je les notais dans mon petit carnet à l’arrache, ou alors Céline me les envoyais par mail la veille, ce qui n’était pas très pratique. Et au final, je n’arrêtais pas de poser des questions à Céline pour confirmer telle ou telle information, ce qui était une grave perte de temps. Alors qu’avec un dossier de fabri-cation je me serais mise au travail dès son réception. À part le dossier de fabrication, le service marketing manquait également de fiches de suivi, de chartes graphiques et d’autres éléments nécessaires lors de la création des produits de qualité conforme. Tous les renseignements tels que la résolution des images, la référence du Pantone utilisé, ou même le format du document ainsi que le nombre d’exemplaires, tout devait être retenu dans la tête ou alors sur un post-it. Pas très professionnel, vous ne trouvez pas ?

Au tout début de mon stage Céline m’avait présenté le dossier de fabri-cation du service éditorial qui est d’une perfection incroyable (voir annexe 6) ! Elle m’avait demandée de m’en inspirer pour en faire pour le service marketing. Malheureusement, je n’ai jamais eu l’occasion de le faire, car les travaux s’enchaînaient et même si le travail n’était pas facilité par l’absence de ce document, je n’avait tout simplement pas le temps pour le créer. Maintenant que j’ai l’occasion de développer ce point, j’aimerais apporter quelques solutions au problème et peut-être même le présenter à Céline, qui sera, je l’espère, ravie de l’accepter.

45

Page 46: Internship Report

46

solutions apportées

Tout d’abord, le dossier de fabrication est indispensable à toute produc-tion et au suivi de chaque étape de cette production. Des informations indispensables doivent impérativement figurer sur ce dossier :

•lesdatesdudébutetdelafindelaproduction •lanatureduproduit(brochure,affiche,flyer,etc.) •lenombred’exemplaires(+lerenouvellementdelacommande en fonction des besoins) •lenombredepages(avecousanscouverture) •letyped’impression(quadri,Pantone,R°/V°,etc.) •lepapierchoisi(lanaturedupapierainsiquesongrammage) •lesépreuvesetlesBATsignésetdatés,intégrésdansledossier

Pour améliorer encore plus la production, on pourrait mettre au point quelques fiches de suivi de différentes étapes de la production avec informations suivantes :

•tâcheàeffectuer •ladatedudébut •àremplirparl’opérateurconcerné: - problèmes rencontrés - solutions apportées - analyse et améliorations proposées - le temps passé à la réalisation de la tâche - dater et signer

Ces fiches pourraient ensuite être remises au responsable de la produc-tion qui analyserait et repérerait des difficultés rencontrées ainsi que des faiblesses du service pour y remédier par la suite. Mais surtout, avec ces documents, en cas d’absence de l’un des opéra-teurs PAO, celui qui prendrait le relais pourrait se repérer plus facilement dans le travail et continuer le travail de son collègue.

Page 47: Internship Report

Par ailleurs, la mise en place des modes opératoires et des procédures pourrait bien améliorer la gestion des documents et des matériels du service ainsi que la communication entre employés et leurs supérieurs. Voici quelques modes opératoires qui pourraient être établis au sein du service marketing :

•unmodeopératoirepouraccéderauxdifférentsserveursde l’entreprise •unmodeopératoirepouraccéderauxserveursexternes •unmodeopératoireouuneprocédurepourlavérification de la qualité des fichiers à envoyer à l’imprimeur •unmodeopérateurpourgénérerunPDF •unmodeopératoirepourdéfinirunecertificationPDF (spécifique ou non à un tel ou tel produit)

On devrait prévoir également un meuble destiné à stocker les dossiers de fabrication ainsi que tous les autres éléments pour pouvoir les consul-ter par la suite et constater une amélioration ou alors une dégradation dans le travail du service. Ces mesures de la maintenance de qualité doivent être prises afin d’assurer une meilleure production de produits de qualité.

Voir un exemple du dossier de fabrication que je propose (annexe 7), ainsi qu’un exemple de procédures (annexe 8) et un exemple de modes opératoires (annexe 9).

47

Page 48: Internship Report

48

concluSion

Page 49: Internship Report

Ces sept semaines sont passées très vite pour moi, au sein de Bragelonne. Car mon emploi du temps était très chargé, les travaux s’enchaînaient tous les jours. Alors je peux dire avec

fierté que durant mon stage je n’ai jamais été au chômage technique.

J’ai pu enfin découvrir le fonctionnement d’une maison d’édition, même en étant admise dans son service marketing. Car tous les services de Bragelonne sont liés entre eux ! De loin ou de près, j’ai pu travailler avec chaque service, ce qui m’a permis d’assister à de nombreuses réunions, ou de participer à la création de différents produits. Les employés de Bragelonne ont su m’accueillir et m’accepter parmi eux telle que je suis - une irrécupérable « geek ». J’ai su, à mon tour, me montrer très polyva-lente et ainsi les aider dans leur travail aussi dur ! Je remercie (encore une fois !) toute l’équipe des éditions Bragelonne de tout simplement exister et de m’avoir donnée une chance incroyable de passer un séjour inoubliable à leurs côtés.

49

Page 50: Internship Report

Imprimé à l’école Estienne

par Valentyna Bobro

étudiante de TS2CIG2

année 2011-2012