open method of coordination_french

Click here to load reader

Post on 30-Mar-2016

221 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

en quoi cela concerne les acteurs locaux? Le processus de protection sociaLe et d’incLusion sociaLe de L’ue 2008-2010: Inclusive Cities publication explaining the Open Method of Coordination (OMC) and giving an overview of the National Action Plans for local practitioners.

TRANSCRIPT

  • Le processus de protection sociaLe et dincLusion sociaLe de Lue 2008-2010:

    en quoi cela concerne les acteurs locaux?

  • Table des matires

    1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

    2 La MOC sociale, de quoi sagit-il? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

    3 Comment fonctionne la MOC sociale? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

    4 Lengagement dEUROCITIES au sein de la MOC sociale . . 7

    5 Les activits de soutien au niveau de lUE PROGRESS . . . 9

    6 Les Plans daction nationaux sur linclusion sociale 2008-2010 un aperu pour les acteurs locaux : Belgique et France . . . . 11

    7 Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 1

    1

    Introduction

    Lagenda social de lUnion europenne semble souvent trs loign de la routine quotidienne du personnel municipal et des travailleurs sociaux . Et sil peut arriver que lun deux ait parfois affaire au Fonds social europen, les processus qui sous-tendent llaboration des politiques et la coordination Bruxelles se rvlent complexes, abstraites, voire mme sans importance . Ce rapport conteste ce clich en clarifiant lutilit concrte de la politique sociale de lUE, surtout propos de son fonctionnement et de son impact sur les pratiques locales . La coordination de politiques au-del des frontires

    nationales et des cultures administratives savre un exercice prilleux, notamment quand cela implique de crer de nouvelles mthodes dapprentissage mutuel et de changer des pratiques tablies depuis longue date . Cela associe la politique, le pouvoir et requiert une planification lAgenda social de lUE ne fait pas exception . Toute initiative ncessite une structure, un cadre dans lequel on peut construire un apprentissage politique . Dans le cas de lEurope sociale, cette structure est la Mthode ouverte de coordination (MOC), quon appelle dans le jargon de Bruxelles la MOC sociale . La MOC sociale se limite la comptence des

    ministres nationaux et de la Commission europenne; les villes ny ont pas de place formelle . Nanmoins, EUROCITIES a mis en place diffrentes activits pour promouvoir la participation des villes ce processus avec comme objectif spcifique dattirer lattention sur les dfis urbains . Nous sommes fermement convaincus quil y a deux dimensions de la MOC sociale qui ont t ngliges jusqu prsent

    et qui pourraient, si on sy attelle, amliorer lefficacit de la politique sociale de lUE . Premirement, laction locale produit de meilleurs rsultats si elle se fonde sur une connaissance approfondie des dveloppements et des dcisions au niveau national et europen . Deuximement, et cela importe peut-tre encore plus, ce nest que quand les villes sont considres comme des partenaires lgitimes du processus de dcision quon peut utiliser la valeur pratique du travail des fonctionnaires municipaux pour amliorer la politique sociale .

    Ce rapport informe les acteurs locaux sur la MOC sociale, dcrit ses lments de base et identifie des occasions pour simpliquer au niveau europen, par le biais dEUROCITIES, ou au niveau national . Nous esprons qu la lecture de ce rapport, le processus sur lequel repose la MOC sociale se rvlera non seulement comprhensible mais aussi pertinent dans votre travail . En outre, notre ambition est de vous faire participer, vous, vos collgues et dautres acteurs : plus de travailleurs sociaux sont impliqus, meilleures seront les politiques .Lobjectif global de la MOC sociale est de rendre la

    cohsion sociale visible en Europe . Si lon veut que cela devienne une ralit, le soutien et lengagement des acteurs locaux sont des lments de la plus haute importance . En accordant la priorit lapprentissage politique par le partage de connaissance tous les niveaux de ladministration, les acteurs ont plusieurs occasions non seulement den apprendre davantage sur les tendances actuelles et sur les bonnes pratiques, mais aussi de prendre part activement au dbat politique .

  • 2 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    2

    La MOC sociale, de quoi sagit-il ?

    Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE est bas sur ce quon appelle la mthode ouverte de coordination . Il sagit dune approche modre de coordination de politiques intergouvernementales, dans laquelle les dcisions politiques restent du ressort des autorits nationales et la coopration est volontaire1 . La Commission europenne se limite donc au rle dobservateur, et le Parlement europen demeure pratiquement en dehors de ce processus . La principale raison pour coordonner des politiques sociales au niveau europen est que, malgr les diffrences notoires entre les systmes de scurit sociale en Europe, les tats membres doivent faire face des dfis communs (tels que le changement dmographique, la migration ou, plus rcemment, la crise conomique) qui requirent une rponse coordonne .Dans la MOC sociale, les gouvernements nationaux

    dfinissent des objectifs communs atteindre ainsi que des indicateurs communs pour mesurer leurs progrs . Sur base de cela, ils rdigent des rapports nationaux sur les stratgies de protection sociale et dinclusion sociale, qui sont valus dans un rapport commun produit par la Commission europenne et le Conseil des ministres .2 Ils organisent galement des examens par les pairs, durant lesquels les reprsentants des ministres nationaux des affaires sociales valuent mutuellement les programmes

    et les stratgies utilises pour lutter contre des problmes sociaux spcifiques . Bien que la comptence lgislative demeure exclusivement du ressort des gouvernements nationaux, la dimension europenne est vidente dans ce processus : les ministres nationaux souscrivent un programme commun et valuent mutuellement et de manire volontaire les performances des politiques par rapport aux indicateurs communs atteindre .

    Pour cette raison, on considre souvent la MOC sociale comme un outil dapprentissage mutuel . En comparant leurs progrs face des problmes sociaux spcifiques semblables, les gouvernements nationaux sont sujets la comptition, en examinant avec attention le succs des politiques sociales de chacun ainsi que leurs checs . Bien que ce systme encourage des conditions favorables dapprentissage par lvaluation , il nimplique cependant aucune sanction formelle en cas de pitre performance . Un autre aspect ambigu rside dans le fait que malgr louverture que lon suppose, ce processus est ferm aux reprsentants des tats membres, la Commission europenne et aux experts slectionns . Limplication du public est ngligeable et les acteurs non-gouvernementaux ny peuvent accder que de faon limite, lors dvnements tels que la Table ronde europenne annuelle sur la pauvret et lexclusion sociale, ou par les activits du programme PROGRESS .

    1 . Bien quelle ft dveloppe lorigine pour la politique europenne de lemploi, la Mthode ouverte de coordination est utilise dans diffrents secteurs politiques, dont la politique de la jeunesse et lducation .

    2 . Le Conseil des ministres est le principal organe de dcision de lUnion europenne . Compos de 27 (un par tat) ministres nationaux, les reprsentants varient en fonction du sujet des runions du Conseil . En ce qui concerne la politique sociale, le Conseil comptent est le Conseil emploi, politique sociale, sant et consommateurs (EPSCO), qui rassemble les ministres de lemploi, de la protection sociale, de la protection des consommateurs, de la sant et de lgalit des chances .

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 3

    3

    Comment fonctionne la MOC sociale?

    La MOC sociale est en place depuis le Conseil europen de Lisbonne, en 2000, o les dirigeants des 15 tats membres se sont mis daccord sur une stratgie en 10 ans pour amliorer la comptitivit conomique de lEurope et agir de manire significative pour radiquer la pauvret . Cette mthode a t revue en 2002 et une nouvelle fois en 2005, avec un changement notoire dans sa structure: les trois domaines dintervention qui taient indpendants au dpart (linclusion sociale, les pensions, les soins de sant et les soins de longue dure) ont t rassembls dans un cadre unique avec des objectifs communs et des procdures de rapport simplifies . Actuellement, la MOC est organise en cycles pour soutenir la coopration entre tats membres et elle implique des rapports rguliers la Commission europenne; elle se compose de plusieurs lments-clefs : des objectifs communs, des rapports nationaux sur les stratgies de la protection sociale et de lexclusion sociale, des rapports conjoints sur la protection sociale et lexclusion sociale ainsi que des indicateurs communs .

    a) des objectifs communs Les gouvernements ont accept de poursuivre deux types dobjectifs: les objectifs gnraux de la MOC sociale et des objectifs spcifiques chaque domaine, savoir linclusion sociale, les pensions, les soins de sant et les soins de longue dure .3

    Les objectifs gnraux, dapplication pour lensemble de la MOC sociale, sont :1. La cohsion sociale, lgalit entre hommes et

    femmes et lgalit des chances pour tous au travers de systmes de protection sociale et de politiques dinclusion sociale adquats, accessibles, financirement viables, adaptables et efficients;

    2. Une interaction efficace et mutuelle entre les objectifs de Lisbonne visant au renforcement de la croissance conomique et lamlioration qualitative et quantitative

    de lemploi et la stratgie de lUnion europenne en faveur du dveloppement durable;3. Une bonne gouvernance, la transparence et la

    participation des parties intresses la conception, la mise en uvre et au suivi de la politique .

    Les objectifs spcifiques sappliquent aux trois thmatiques dintervention de la MOC sociale . Les objectifs propres linclusion sociale sont:1. laccs pour tous aux ressources, aux droits et aux

    services sociaux ncessaires pour participer la socit, en prvenant et en combattant lexclusion ainsi quen luttant contre toutes les formes de discrimination qui mnent lexclusion;

    2. linclusion sociale active de tous, en encourageant la participation au march du travail et en luttant contre la pauvret et lexclusion;3. que les politiques dinclusion sociale soient bien

    coordonnes et fassent intervenir tous les chelons des pouvoirs publics et les acteurs concerns, y compris les personnes en situation de pauvret, que ces politiques soient efficientes, efficaces, et intgres dans toutes les politiques publiques concernes, y compris les politiques conomiques et budgtaires et les programmes des fonds structurels (notamment le FSE) .

    Sur la base de ces objectifs, les ministres nationaux comptents rdigent leur rapport national sur les stratgies de la protection sociale et de linclusion sociale .

    b) Les principaux acteursLa MOC sociale est un processus intergouvernemental . Cela signifie que toutes les dcisions sont prises par les gouvernements nationaux qui se rassemblent au Conseil emploi, politique sociale, sant et consommateurs (EPSCO) . Pour coordonner ce processus, le Comit de la

    protection sociale (CPS) a t cr .4 Ce groupe se compose de deux reprsentants officiels de chaque gouvernement

    3 . COM(2005) 706 final, Travailler ensemble, travailler mieux : Un nouveau cadre pour la coordination ouverte des politiques de protection sociale et dinclusion sociale dans lUnion europenne, Bruxelles, 21 .12 .2005

    4 . Des informations supplmentaires au sujet du Comit pour la protection sociale de lUE sont disponibles ladresse : www .ec .europa .eu/employment_social/spsi/social_protection_committee_fr .htm

  • 4 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    national et de deux reprsentants de la Commission europenne5 . Ses tches consistent surveiller les tendances dans le domaine social et le dveloppement des politiques de protection sociale, promouvoir lchange de savoir, dexprience et de bonnes pratiques entre les gouvernements nationaux, ainsi qu prparer des rapports, mettre des avis ou entreprendre dautres activits dans les domaines relevant de ses comptences . Au sein de ce CPS, un sous-groupe Indicateurs a t mis en place pour formuler et dfinir des indicateurs permettant de mesurer les progrs accomplis par les pays dans la ralisation de ces objectifs communs .

    Le Comit de la protection sociale collabore troitement avec les autres comits chargs des politiques conomiques et sociales, notamment le Comit de lemploi (EMCO) et le Comit de politique conomique (CPE) .

    c) Les rapports nationaux sur les stratgies de la protection sociale et de linclusion sociale (rsn)Tous les trois ans, les ministres chargs des affaires sociales rdigent un rapport stratgique national (RSN) . Ces rapports dfinissent les mesures politiques envisages pour atteindre les objectifs communs de la MOC sociale . Comme indiqu dans le tableau ci-dessous, les RSN se composent de quatre parties diffrentes, dont un Plan daction national (PAN) pour linclusion sociale (voir chapitre I dans le tableau) .

    rapport stratgique national sur la protection sociale et linclusion sociale

    Introduction Chapitre I Chapitre II Chapitre III

    Vue densemble et bref rsum

    plan daction national pour linclusion sociale

    Rapport stratgique national pour les pensions

    Rapport stratgique national sur les soins de sant et les soins de longue dure

    Le rapport stratgique national fournit un aperu de la situation socioconomique de chaque pays, trace les grandes lignes des dfis relever pour promouvoir le dveloppement social et prcise les priorits politiques de ladministration nationale ainsi que les mesures qui soutiendront leur mise en uvre . Les modalits de gouvernance labores pour amliorer la coordination politique sont galement dcrites, notamment les mcanismes destins amliorer la coopration entre diffrents chelons de gouvernement, de mme que la participation de la socit civile .

    Ces rapports constituent une source dinformation prcieuse pour les acteurs tous les niveaux de ladministration : ils dfinissent toutes les mesures politiques actuelles et futures dans un tat membre donn et il sagit dun des rares documents offrant une description rcente et dtaille des dveloppements politiques . Toutefois, on reproche souvent ces rapports dtre davantage descriptifs que stratgiques, de se limiter dresser une liste de mesures politiques dans un document unique plutt que de fournir une base pour leur application . Le chapitre des rapports consacr linclusion sociale rend compte de ces dfauts . Mme si ces chapitres portent le nom de Plans daction nationaux, beaucoup dentre eux ne mentionnent pas de budget pour chaque objectif et ne contiennent pas de programme pour leur mise en uvre .

    d) Les rapports conjoints sur la protection sociale et linclusion sociale Chaque anne, la Commission europenne et le Conseil des ministres adoptent un rapport conjoint sur la protection sociale et linclusion sociale . Bas sur une valuation de tous les rapports stratgiques nationaux, il dcrit les progrs des politiques nationales et bauche les priorits clefs qui sont communes tous les tats membres . tant donn quils prsentent une position commune de la Commission

    5 . Le rle de la Commission europenne est de fournir un soutien analytique et organisationnel au Comit .

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 5

    et du Conseil, ces rapports conjoints constituent une rfrence capitale dans le processus de modernisation et de rforme dans les domaines de la protection sociale et de linclusion sociale en Europe . Ils saccompagnent dune annexe dtaille et des profils des pays qui donnent un compte rendu dtaill de la situation socioconomique et des mesures politiques dans chaque tat membre6 .

    Chaque cycle de la MOC dure trois ans . La premire anne, les rapports conjoints prsentent un examen complet des rapports stratgiques nationaux . Les annes suivantes, ils se concentrent sur un thme spcifique . En 2007, la premire de ces annes dites lgres, le rapport sest pench plus particulirement sur le problme de la pauvret infantile (analyse publie dans le rapport conjoint de 2008); en 2009, la thmatique principale est lexclusion du logement et le sans-abrisme . En 2010, le rapport examinera les impacts sociaux de la migration .

    2006Anne complte: Production de rapports stratgiques nationaux 2006-2008

    2007 Anne lgre: La pauvret infantile

    2008Anne complte: Rapports stratgiques nationaux 2008-2010

    2009Anne lgre: Lexclusion du logement et le sans-abrisme

    2010Anne lgre: Les impacts sociaux de la migration

    2011Anne complte: Rapports stratgiques nationaux 2011-2013 ( confirmer)

    Le concept dannes lgres, instaur rcemment, donne la Commission et aux tats membres loccasion deffectuer une analyse approfondie et dtaille sur un problme social spcifique . Il ne faut pas sous-estimer limportance de cette initiative : ltude complte sur la pauvret infantile, en 2007, a provoqu une prise de conscience propos dune thmatique souvent laisse dans loublie . Cela a suscit un dbat public au sein de tous les tats membres, ce qui

    a dernirement incit pas moins de 13 pays considrer la pauvret des enfants comme une politique prioritaire dans leur rapport stratgique national actuel .

    En 2009, le travail sur le sans-abrisme et lexclusion du logement intgre plusieurs travaux de recherche, dont une tude indpendante sur Lexclusion lie au logement: politiques du bien-tre social, accs au logement et marchs du travail ainsi quune autovaluation de chaque tat membre base sur un questionnaire mis par le Comit de la protection sociale . En outre, le rapport sur la situation sociale de lUnion europenne de 2009 consacrera une section thmatique ce sujet et des indicateurs communs seront instaurs afin dexaminer les cots lis au logement et la privation de logement . Bien que lautovaluation des tats membres soit coordonne par le ministre national des affaires sociales, certains pays impliquent dans ce processus des autorits locales et rgionales ainsi que dautres parties prenantes .

    e) Les indicateurs statistiques communsPour valuer et mesurer les progrs accomplis dans la ralisation des objectifs communs, les tats membres, lors dune assemble tenue Laeken (Belgique) en 2001, ont adopt un ensemble dindicateurs communs (souvent appels Indicateurs de Laeken)7 . Les indicateurs ont t revus plusieurs fois pour reflter au mieux les changements des tendances sociales . Ils sont tablis par un sous-groupe8 du Comit de la protection sociale de lUE . On retrouveparmi les indicateurs utiliss actuellement : le taux de risque de pauvret, le taux de chmage et labandon scolaire prmatur .Les indicateurs communs ont un impact important sur les mthodes de collecte des donnes des tats membres . Llaboration de nouveaux indicateurs et leur actualisation constante aide attirer lattention des ministres nationaux sur des problmes sociaux naissants ou ngligs dans le pass, tels que la pauvret infantile et lexclusion lie au logement .

    6 . tant donn que ces profils de pays sont produits par ceux qui formulent les mesures politiques au niveau national, ils ont tendance dcrire limpact de ces politiques de manire favorable . Pour une valuation potentiellement plus quilibre de ces profils, lanalyse de la Commission europenne est disponible ladresse : www .ec .europa .eu/employment_social/spsi/docs/social_inclusion/2008/joint_report_en .pdf

    7 . EUROCITIES (2001): Renforcer le rle des autorits locales dans la stratgie pour linclusion sociale de lUE; Plateforme sociale publique europenne (2003); Rapport sur les plans daction nationaux pour linclusion sociale; EUROCITIES (2005); Propositions dEUROCITIES pour renforcer la MOC

    8 . De plus amples informations au sujet de ce sous-groupe sont disponibles ladresse : www .ec .europa .eu/social/main .jsp?catId=751&langId=fr

  • 6 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    f) Les moments forts du cycle 2008-2010 de la Moc sociale Le schma ci-dessous reprsente le cycle triennal de la MOC sociale de 2008-2010 . Ce cycle est conu sur base des progrs accomplis au cours des trois annes prcdentes repris dans le rapport conjoint de 2008 (point 1 dans le schma) qui prescrit des recommandations prendre en compte durant le cycle 2008-2010 de la MOC9 . Une fois que le rapport conjoint a t adopt par le Conseil EPSCO (point 2), la Commission envoie une note dinformation dtaille pour expliquer aux tats membres la manire de rdiger les RSN (point 3) . Les tats membres disposent ensuite denviron six sept mois pour entreprendre une consultation interne (interministrielle) et externe (par

    exemple auprs dONG) avant de passer la rdaction proprement dite du RSN (point 4) . Il est ensuite finalis et adopt par lautorit nationale ou le ministre comptent, puis il est envoy la Commission o il sera analys et valu . Cette opration ncessite trois ou quatre mois et les rsultats sont ensuite prsents sous forme de recommandations dans le rapport conjoint 2009 (points 5 et 6) . Au cours de lanne 2009, diffrentes activits de recherche sont entreprises au sujet du sans-abrisme et de la privation de logement et celles-ci seront intgres dans le rapport conjoint 2010 (points 7 et 8) . En 2010, le Comit de la protection sociale de lUE se concentrera sur les impacts sociaux de la migration (point 9) .

    9 . Rapport conjoint sur la protection sociale et linclusion sociale 2008, pp . 118-119

    1 > Rapport conjoint 2008

    2 > Adoption du rapport conjoint par le Conseil EPSCO

    3 > La Commission europenne rdige des lignes directrices (bases sur les recommandations des rapports conjoints) pour les rapports stratgiques nationaux (RSN) des tats membres

    4 > Les tats membres prparent leur RSN (6-7 mois)

    5 > La Commission europenne analyse et value les RSN et intgre les dcouvertes et les recommandations dans le rapport conjoint de 2009

    6 > Rapport conjoint 2009

    8 > Rapport conjoint 2010

    2008

    2009

    2010

    CYCLE DE LA MOC

    7 > Analyse thmatique sur lexclusion lie au logement et le sans-abrisme un rapport est adopt par la Commission europenne sur base de questionnaires envoys aux tats membres

    9 > Analyse thmatique sur les impacts sociaux de la migration 2010

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 7

    4

    Lengagement dEUROCITIES au sein de la MOC sociale

    Depuis 2000, EUROCITIES a surveill de prs lengagement des villes dans la Mthode ouverte de coordination, et plus particulirement leur participation la prparation et la mise en uvre des Plans daction nationaux (PAN) pour linclusion sociale . En 2001, nous avons cr un groupe de travail sur linclusion sociale pour encourager la contribution des villes la MOC et nous avons collabor avec dautres rseaux europens pour dvelopper une plateforme sociale publique europenne afin damliorer la coopration entre les autorits locales et rgionales . Dans nos conclusions et nos rapports dvaluation, nous signalons lengagement insuffisant des autorits locales dans la prparation et dans le contenu des PAN, la mconnaissance des villes de lagenda social de lUE et labsence de politiques dinclusion locales dans les PAN10 . tant donn que les villes jouent un rle crucial dans lapplication de la scurit sociale, nous avons soulign limportance de leur engagement dans la prparation et la mise en uvre des PAN .

    Des critiques similaires ont t exprimes dans diffrents rapports conjoints sur la protection sociale et linclusion sociale dans lesquels on attirait lattention sur la participation insuffisante des autorits locales la MOC . Ainsi, le rapport conjoint de 2008 recommandait damliorer la gouvernance en sassurant de la participation continue des parties prenantes, y compris des autorits locales, tout au long du cycle daction de la MOC11 .

    Pour relever ces dfis, EUROCITIES et la Commission europenne ont tabli le programme Inclusive Cities for Europe . Cette initiative fonctionne dans deux directions : du bas vers le haut, elle incite les villes participer la MOC sociale en amliorant leur connaissance de lagenda social europen, et du haut vers le bas, en crant une prise de conscience au sein des gouvernements nationaux sur le rle que les villes ont jouer pour renforcer linclusion sociale .

    En ce qui concerne le cycle 2008-2010 de la MOC sociale, nous avons commenc nos activits avec comme priorit dapprofondir lengagement des villes dans la prparation des PAN pour linclusion 2008-2010 . Dans ce but, nous

    avons organis une srie de sminaires nationaux qui rassemblaient les fonctionnaires comptents des administrations locales et leurs homologues nationaux, y compris les personnes charges de prparer les PAN . Ces sminaires qui se sont drouls au Royaume-Uni, en Pologne et aux Pays-Bas furent une occasion importante pour les reprsentants des villes de discuter de leurs craintes et priorits principales propos de la prparation et de la mise en uvre des politiques dinclusion sociale aux niveaux national et de lUE . Ces sminaires furent bnfiques pour chacun : les reprsentants des ministres nationaux ont eu loccasion dapprendre les proccupations locales au sujet de la ralisation et de la distribution de services sur le terrain, tandis que les fonctionnaires locaux ont reu des informations de premire main au sujet du PAN et du processus dinclusion sociale de lUE .

    Parmi les problmes abords au cours de ces sminaires, on retrouve les logements sociaux, la distribution de services pour les chmeurs de longue dure ainsi que laccessibilit et la demande de services sociaux . Les questions spcifiques souleves par les participants incluent le faible intrt pour les prestations sociales aux Pays-Bas cause dun manque dinformations claires, lmergence en Grande-Bretagne de zones urbaines qui souffrent dune accumulation de plusieurs problmes sociaux et lexistence persistante de groupes difficilement accessibles en Pologne . Malgr cette diversit de problmes, tous les participants ont soulign le besoin dapproches intgres au niveau local pour combattre la nature toujours plus imperceptible et fluctuante des dfis dans le domaine social . Les conclusions de ces sminaires servent de base aux recommandations mises par les villes au ministre charg de prparer les PAN12 . Les PAN nerlandais et polonais font rfrence de manire explicite ces sminaires dEUROCITIES .

    Pour renforcer limpact de ces activits, nous avons crit un courrier au Comit de la protection sociale (CPS) dans lequel nous avons soulign limportance des PAN pour les villes, notamment au sujet des problmes

    10 . EUROCITIES (2001): Renforcer le rle des autorits locales dans la stratgie pour linclusion sociale de lUE; Plateforme sociale publique europenne (2003); Rapport sur les plans daction nationaux pour linclusion sociale; EUROCITIES (2005); Propositions dEUROCITIES pour renforcer la MOC

    11 . Voir: Conseil de lUnion europenne, document 7274/08, Rapport conjoint 2008 sur la protection sociale et linclusion sociale 12 . Trois sminaires nationaux ont t organiss: Bydgoszcz (Pologne), Eindhoven (Pays-Bas) et Leeds (Royaume-Uni)

  • 8 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    propres aux zones urbaines tels que la privation multiple . Nous avons galement fourni aux membres du CPS les coordonnes des hauts fonctionnaires et des experts au sein de plusieurs grandes villes afin de faciliter le dialogue . Notre message renvoyait les conclusions des sminaires nationaux, en insistant sur le rle des autorits locales dans la distribution de services publics ainsi que sur les difficults quelles rencontrent pour mettre en place des politiques sur le terrain .

    Durant la seconde moiti de lanne 2008, aprs que les tats membres aient rdig les PAN, notre travail sest concentr sur lvaluation de ceux-ci . Nous tenions voir dans quelle mesure ils prenaient les proccupations locales en considration . Pour ce faire, nous avons rdig un questionnaire pour aider les fonctionnaires municipaux valuer les PAN, dont les rsultats furent analyss de manire plus approfondie au cours dun sminaire dvaluation international rassemblant des reprsentants des gouvernements nationaux, des villes, des ONG et des experts de la Commission europenne . Nous avons soumis notre valuation dans une contribution au rapport commun .

    Lvaluation a rvl que les villes taient impliques dans la prparation de ces plans de diffrentes manires, entre autres par des consultations organises par le biais dassociations nationales ou par des consultations spcifiques . Si tous les rapports reconnaissent le rle jou par les autorits locales dans la mise en uvre des politiques dinclusion sociale, la majorit des rapports ne parviennent cependant pas identifier des problmes urbains et des disparits locales, et seuls quelques uns font rfrence des approches intgres pour lutter contre la pauvret et lexclusion . Par consquent, nous demandons dans nos recommandations un engagement des villes plus soutenu, plus rapide et plus systmatique dans la prparation des PAN ainsi que des mcanismes de coopration plus efficients entre les autorits locales et nationales . Nous avons galement propos daider la Commission europenne dvelopper des lignes directrices volontaires sur les processus de consultation

    pour le prochain cycle de la MOC13 .

    13 . Ces directives au sujet de la consultation ont t annonces par la Commission europenne dans le document Un engagement renouvel en faveur de lEurope sociale: renforcement de la mthode ouverte de coordination pour la protection sociale et linclusion sociale, COM (2008) 418 final, Bruxelles, 2 .7 .2008

    1 > EUROCITIES organise un sminaire international et trois sminaires nationaux sur linclusion sociale

    2 > EUROCITIES envoie un message au Comit de la protection sociale (CPS):Il faut aborder les nombreux visages de lexclusion sociale par une approche globale et en vritable partenariat avec tous les acteurs concerns .

    3 > EUROCITIES analyse les plans daction nationaux sur linclusion sociale 2008-2010

    4 > EUROCITIES publie sa brochure Le processus de la protection sociale et de linclusion sociale de lUE 2008-2010: en quoi cela concerne les acteurs locaux?

    5 > EUROCITIES publie ses conclusions au sujet des logements abordables

    6 > EUROCITIES publie une dclaration sur les impacts sociaux de la migration

    2008

    2009

    2010

    CYCLE DE LA MOC

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 9

    5

    Les activits de soutien au niveau de lUE - PROGRESS

    Dans les sections prcdentes, nous avons dcrit les principaux lments qui constituent la MOC, savoir les objectifs communs et les indicateurs communs, ainsi que les rapports stratgiques nationaux et les rapports communs . Afin de renforcer leur porte, une srie dactivits de soutien sont finances par le programme communautaire pour lemploi et la solidarit sociale 2007-2013 PROGRESS . En finanant des tudes, des activits dchange et des rseaux, PROGRESS fournit une base dinformations essentielle pour la MOC sociale et soutient lanalyse et llaboration des politiques de manire claire14 . En raison de leur nature relativement ouverte, ces activits reprsentent pour les fonctionnaires municipaux une occasion de prendre part au processus de la MOC .

    Lexamen par les pairs dans le sous-programme de la protection sociale et de linclusion socialeLobjectif du programme dexamen par les pairs est de faciliter lapprentissage mutuel entre les ministres nationaux grce un ensemble de sminaires consacrs divers sujets .Les ministres sont libres de choisir les thmes quils jugent plus pertinents pour eux . En 2009, dix sminaires dexamen par les pairs sont organiss dans huit pays diffrents, avec des problmatiques telles que les services sociaux (Danemark), la City Strategy du Royaume-Uni (Royaume-Uni), le programme intgr pour lutter contre lexclusion des Roms (Grce) ou lorganisation de laide sociale pour les sans-abri (Autriche)15 .

    Lors de chaque sminaire, un reprsentant dun tat membre prsente un programme ou une mesure politique aux experts de la Commission, aux autres pays ainsi quaux experts et aux organisations concernes . Cette politique est ensuite examine par les participants qui examinent si elle est efficace dans le contexte national donn, dans quelle mesure elle contribue atteindre les objectifs de lUE et si certains lments de la politique aborde pourraient tre transfrs dans dautres pays . Les conclusions de ces sminaires constituent dimportantes sources dinformation pour les personnes concernes . On peut les tlcharger ladresse : www .peer-review-social-inclusion .eu/peer-reviews .

    sous-programme dvaluationCe programme a pour but dassister la Commission dans le suivi et lvaluation de la mise en uvre des plans daction nationaux sur linclusion sociale . La Commission a cr un rseau dexperts indpendants en inclusion sociale qui rdigent des rapports dans lesquels ils valuent la mise en uvre des PAN et leurs implications pour le futur des politiques sociales de lUE16 . Les experts doivent fournir trois rapports par an : deux rapports sur un thme spcifique considr comme prioritaire dans la stratgie dinclusion sociale et une valuation indpendante du volet inclusion sociale du rapport national des stratgies de la protection sociale et de linclusion sociale . Les rapports fournissent une valuation prcieuse et indpendante des politiques nationales et une analyse du contexte des mesures politiques dcrites par les ministres dans leur rapport . Deux exemples noter de ces rapports sont lvaluation et les recommandations pour la mise en uvre du processus de linclusion sociale de lUE (2008) et linteraction entre le processus de linclusion sociale de lUE et la stratgie de Lisbonne (pour la croissance et lemploi, 2007) . Tous les rapports sont disponibles ladresse: www .peer-review-social-inclusion .eu/activites-devaluation-politique

    projets dchange transnational17Ces projets visent promouvoir lapprentissage mutuel et lchange de bonnes pratiques entre acteurs locaux (des ONG, des autorits locales, etc) dans les tats membres ainsi que dans les pays candidats et les pays AELE/EEE . En 2008 et 2009, il y a entre autres les projets suivants:

    Villes europennes contre la pauvret des enfants18, cette proposition, initie par la Greater London Authority, vise lutter contre les causes de la pauvret des enfants dans diffrentes villes ainsi qu partager des expriences pratiques sur des approches efficaces . Ce projet se concentre sur le rle de lducation et des politiques des services de sant pour briser les cycles de la privation, il promeut laccs lemploi des parents et analyse limpact des mauvaises conditions de logement sur les enfants . Par le biais de questionnaires et dtudes de cas, les villes

    14 . cet gard, lobjectif du PROGRESS diffre de celui du Fonds social europen qui soutient les actions directes, cest--dire la mise en uvre de politiques demploi et dinclusion sociale dans les tats membres .

    15 . Le programme 2009 des sminaires dexamen par les pairs est disponible ladresse : www .peer-review-social-inclusion .eu/peer-reviews 16 . Tous ces rapports sont disponibles ladresse : www .peer-review-social-inclusion .eu/activites-devaluation-politique 17 . Pour de plus amples informations au sujet des projets dchange transnational, voir : www .ec .europa .eu/social/main .jsp?catId=751&langId=fr18 . Pour plus dinformations, veuillez consulter le site : http:www .againstchildpoverty .com/

  • 10 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    partenaires changent leur connaissance et, sur cette base, prparent un manuel sur la pauvret des enfants et sur la manire dont les villes sattaquent au problme .

    Le projet CONNECTIONS19, ralis par la ville de Rotterdam, vise explorer et comprendre les structures du gouvernement qui font le lien entre la politique sociale, les services et les partenaires comptents et conduit des approches coordonnes et efficaces pour combattre lexclusion sociale . Ce projet emploie une mthode dexamen par les pairs, par laquelle les villes participantes commentent mutuellement les politiques des autres . Chaque ville a identifi un sujet qui a servi chercher une rponse commune ou intgre . Parmi ces sujets, on retrouve:

    Fournir un accs des services de qualit pour les groupes exclus (y compris les soins de sant, les services sociaux, le logement et les installations de quartier);

    Prvenir et lutter contre lexclusion financire; Des logements long terme pour les sans-abri; Linclusion des groupes vulnrables tels que les parents isols et les jeunes problmes;

    Des prises de dcision intgres/le dveloppement de stratgies communes .

    Dans chaque ville, lquipe dexamen par les pairs se compose dun fonctionnaire ou dun expert spcialis dans la distribution de services, dun volontaire et dun partenaire issu de la Communaut/dune ONG ayant de lexprience dans la distribution de services dans le domaine en examen, ainsi que dun partenaire acadmique/dtude .

    vnementsLes principaux vnements internationaux financs par la Commission europenne au moyen du programme PROGRESS sont les tables rondes sur la pauvret et lexclusion sociale et la rencontre europenne des personnes en situation de pauvret . La table ronde sur la pauvret et lexclusion sociale est un vnement annuel qui rassemble environ 300 reprsentants des ministres nationaux et des principaux rseaux europens . Elle est organise par le pays qui dtient la prsidence de lUE (pour la seconde moiti de 2009, il sagit de la Sude) et se droule au mois doctobre . Cette anne, elle se concentrera sur les nouveaux dfis dune inclusion active en fonction de la rcession conomique . Le

    programme de cet vnement est toujours prpar aprs consultation approfondie de la socit civile par le biais des rseaux de lUE soutenus par le programme PROGRESS .Au mois de mai de chaque anne, la rencontre europenne des personnes en situation de pauvret se droule Bruxelles . Cet vnement, organis par la Commission europenne, par le pays la prsidence de lUE et par le rseau europen des associations de lutte contre la pauvret et lexclusion sociale (EAPN), donne lopportunit des personnes en situation de pauvret et dexclusion dentamer un dialogue avec les responsables politiques nationaux et europens .

    tudesLe programme PROGRESS finance galement des tudes comparatives internationales qui ciblent des questions identifies dans les RSN et dveloppent des propositions de mesures entreprendre20 . Ces rapports saccompagnent gnralement dtudes par pays et offrent une vue densemble complte des dfis et des mesures politiques dans un domaine donn .

    soutien aux principaux rseaux europensAfin daccrotre la participation des reprsentants de la socit civile et dengager un dialogue avec eux, le programme PROGRESS contribue aux frais de fonctionnement des principaux rseaux europens, tels que le rseau europen des associations de lutte contre la pauvret et lexclusion sociale (EAPN), Eurochild, COFACE, Caritas Europa, Eurodiaconia, FEANTSA et le Rseau social europen . Depuis 2008, EUROCITIES reoit galement un financement pour son programme Inclusive Cities for Europe21 . Le soutien financier de ces rseaux europens constitue probablement laspect le plus important du fonds PROGRESS car il tablit une relation de travail concrte entre la Commission europenne, le CPS et la socit civile . Cela renforce de manire significative les capacits danalyse et de communication du rseau, ce qui se traduit par de nombreux rapports, des documents de fond, des vnements, etc

    19 . Pour plus dinformations sur le projet CONNECTIONS, veuillez consulter le site : www .connectionsprogress .eu20 . Ces tudes sont disponibles ladresse : www .ec .europa .eu/social/main .jsp?catId=751&langId=fr21 . Pour de plus amples informations sur les rseaux concerns : www .ec .europa .eu/social/main .jsp?catId=751&langId=fr

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 11

    6

    Les Plans daction nationaux sur linclusion sociale 2008-2010 un aperu pour les acteurs locaux

    Comme expliqu dans lintroduction de cette brochure, la seconde partie de chaque rapport national sur les stratgies de la protection sociale 2008-2010 contient un Plan daction national sur linclusion sociale (PAN incl) . Ces documents reprsentent une source dinformations prcieuse au sujet des tendances nationales et des priorits dans le domaine de la politique sociale . Tous ces rapports sont disponibles sur le site Internet de la Commission europenne sur la MOC sociale : www .ec .europa .eu/employment_social/spsi/strategy_reports_fr .htm

    Les tableaux suivants rsument les plans daction nationaux de la Belgique et de la France, et plus particulirement les principales priorits politiques et les mesures qui les accompagnent . La dernire colonne prcise la dimension locale de ces plans et fait rfrence aux politiques ou aux programmes dans lesquels les autorits sociales sont impliques .Les coordonnes des dpartements responsables du PAN au sein des ministres nationaux sont galement reprises . Les rsums des tableaux ont t raliss par le sige dEUROCITIES Bruxelles et, dans la mesure du possible, avec la participation de nos membres . Toutes les pages cites dans la colonne Priorits politiques font rfrence au document original .

  • 12 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    priorits politiques Mesures politiques cls dimension locale

    Accs un logement dcent et abordable

    (p .p . 23-24)

    Amliorer laccs au march priv de limmobilier par des allocations-loyer et la roccupation dappartements inoccups

    Augmenter le nombre de logements sociaux et dhbergements temporaires (facilit par les agences immobilires sociales)

    Prvention et lutte contre le sans-abrisme

    Allocations/aides financires pour lnergie afin de rduire la consommation nergtique

    Les gouvernements locaux sont considrs comme des partenaires dans la lutte contre le sans-abrisme et pour assurer un accs lnergie domestique .

    La Rgion de Bruxelles-Capitale continuera entreprendre des mesures proactives et intgres pour lutter contre le sans-abrisme (abris, formation des assistants sociaux au travail dans la rue) .

    Activation de la population active et assurer la diversit de la population active

    (p .p . 24-26)

    Incitants fiscaux et bonus lemploi, mesures pour amliorer lemployabilit (comptences)

    Amliorer la disponibilit et labordabilit des structures daccueil des enfants pour aider les parents reprendre le travail

    Mesures pour augmenter le taux demploi des personnes atteintes de troubles mentaux

    Augmenter la capacit du systme dassistance sociale en augmentant le nombre de mdiateurs

    Mesures visant augmenter la participation culturelle

    La Rgion de Bruxelles-Capitale va augmenter le nombre de places daccueil et les services de garde des enfants pour stimuler lemploi des femmes, fournir une formation aux aides familiales ainsi que des services par les Centres Publics dAction Sociale (CPAS) .

    La Rgion flamande va augmenter laccessibilit des centres locaux de lemploi et dveloppera des politiques sociales locales .

    La Communaut franaise favorisera laccs la culture pour les groupes dfavoriss .

    Lutte contre la pauvret infantile

    (p .p . 2629)

    Mesures visant augmenter le pouvoir dachat des familles: dgrvements fiscaux pour les familles bas revenus, augmentation des salaires minima et des prestations sociales, mesures visant lutter contre lendettement

    Mesures visant amliorer le nombre de places disponibles pour laccueil des enfants et encourager lducation prcoce (ds lge de 2 ans et demi)

    Mesures dducation et un plan stratgique pour combattre lanalphabtisme

    Amliorer laccs au crdit social

    Mesures visant faciliter laccs lducation pour les enfants des personnes en sjour irrgulier (et des Roms) (Communaut franaise)

    laborer une base de connaissance des tudes sur la situation des enfants en Belgique

    La Rgion de Bruxelles-Capitale va dvelopper des services pour combattre lendettement, tels que la mdiation de dettes et le crdit social .

    Augmenter le nombre de places daccueil et de crches .

    Faciliter laccs aux infrastructures sportives pour les jeunes dfavoriss et dvelopper des services de soutien lducation (coles de devoirs) .

    Le RSN 2008-2010 a t prpar sur base du travail ralis par le groupe de travail permanent (groupe actions), un organisme fdral . Ce groupe, qui se compose de reprsentants des gouvernements locaux, de partenaires sociaux et dONG, sest runi rgulirement au cours des deux dernires annes afin dassurer le suivi des progrs accomplis par le PAN prcdent (2006-2008) . Le groupe tait charg dactualiser, dinterprter et de dvelopper une srie dindicateurs employs pour rendre compte des diffrentes facettes de la pauvret et de lexclusion sociale en Belgique . Dans la rgion de Bruxelles-Capitale, la coopration entre plusieurs parties prenantes et les diffrents niveaux de pouvoir est organise par diverses plateformes (telles que la Plateforme pour laccs des personnes sans-abri aux soins de sant) et par des observatoires (tels que lObservatoire de la sant et du social ou lObservatoire de lhabitat) . Dans un futur proche, la Belgique a prvu dvaluer la coopration entre ltat fdral, les Communauts et les Rgions .

    coordonnes du membre du comit de la protection socialeMlle Elise WilliameSPF Scurit socialePlace Victor Horta, 40 Bte 201060 Bruxelles, BelgiqueTl .: +32 2 528 63 22Courriel: elise .williame[at]minsoc .fed .be

    BeLgique

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 13

    priorits politiques Mesures politiques cls dimension locale

    Accs un logement dcent et abordable

    (p .p . 23-24)

    Amliorer laccs au march priv de limmobilier par des allocations-loyer et la roccupation dappartements inoccups

    Augmenter le nombre de logements sociaux et dhbergements temporaires (facilit par les agences immobilires sociales)

    Prvention et lutte contre le sans-abrisme

    Allocations/aides financires pour lnergie afin de rduire la consommation nergtique

    Les gouvernements locaux sont considrs comme des partenaires dans la lutte contre le sans-abrisme et pour assurer un accs lnergie domestique .

    La Rgion de Bruxelles-Capitale continuera entreprendre des mesures proactives et intgres pour lutter contre le sans-abrisme (abris, formation des assistants sociaux au travail dans la rue) .

    Activation de la population active et assurer la diversit de la population active

    (p .p . 24-26)

    Incitants fiscaux et bonus lemploi, mesures pour amliorer lemployabilit (comptences)

    Amliorer la disponibilit et labordabilit des structures daccueil des enfants pour aider les parents reprendre le travail

    Mesures pour augmenter le taux demploi des personnes atteintes de troubles mentaux

    Augmenter la capacit du systme dassistance sociale en augmentant le nombre de mdiateurs

    Mesures visant augmenter la participation culturelle

    La Rgion de Bruxelles-Capitale va augmenter le nombre de places daccueil et les services de garde des enfants pour stimuler lemploi des femmes, fournir une formation aux aides familiales ainsi que des services par les Centres Publics dAction Sociale (CPAS) .

    La Rgion flamande va augmenter laccessibilit des centres locaux de lemploi et dveloppera des politiques sociales locales .

    La Communaut franaise favorisera laccs la culture pour les groupes dfavoriss .

    Lutte contre la pauvret infantile

    (p .p . 2629)

    Mesures visant augmenter le pouvoir dachat des familles: dgrvements fiscaux pour les familles bas revenus, augmentation des salaires minima et des prestations sociales, mesures visant lutter contre lendettement

    Mesures visant amliorer le nombre de places disponibles pour laccueil des enfants et encourager lducation prcoce (ds lge de 2 ans et demi)

    Mesures dducation et un plan stratgique pour combattre lanalphabtisme

    Amliorer laccs au crdit social

    Mesures visant faciliter laccs lducation pour les enfants des personnes en sjour irrgulier (et des Roms) (Communaut franaise)

    laborer une base de connaissance des tudes sur la situation des enfants en Belgique

    La Rgion de Bruxelles-Capitale va dvelopper des services pour combattre lendettement, tels que la mdiation de dettes et le crdit social .

    Augmenter le nombre de places daccueil et de crches .

    Faciliter laccs aux infrastructures sportives pour les jeunes dfavoriss et dvelopper des services de soutien lducation (coles de devoirs) .

    priorits politiques Key policy measures Local dimension

    Intgration au march de lemploi (principalement les personnes vivant dans des quartiers dfavoriss et les minorits visibles)

    (p .p . 15-18)

    La mesure cl est le RSA (revenu de solidarit active), un revenu minimum dinsertion destin encourager les individus pendant leur priode de retour au travail

    Une augmentation dans la disponibilit et labordabilit des structures daccueil des enfants est galement prvue pour aider les parents recommencer travailler . Pour cette raison, la lgislation a lintention damliorer les services de garde denfants

    Fusion de lagence nationale pour lemploi (ANPE) et les organismes chargs dindemniser les chmeurs (Assedic) et plans pour relancer les contrats aids

    Aucune rfrence aux autorits locales na t mentionne .

    Intgration sociale et professionnelle des jeunes

    (p .p . 18-19)

    Des financements plus efficaces pour les jeunes sans diplme ni qualification et un accompagnement pour les lves en difficult afin de rduire le taux de dcrochage scolaire . Cela inclut un soutien personnalis et des coles de la deuxime chance . Le plan Espoir Banlieues a t lanc en mars 2008 et cible les jeunes qui vivent dans des zones sensibles . Ce plan fournit un accompagnement individualis aux jeunes (gs de 16 25 ans) pour faciliter leur accs lemploi, lducation ou la formation

    Le systme du Microcrdit personnel sera bientt tendu toute la rgion parisienne .

    Espoir Banlieues cible les jeunes vivant dans les Zones Urbaines Sensibles (ZUS) et dans les zones urbaines couvertes par le Contrat Urbain de Cohsion Sociale (CUCS) .

    Augmentation du nombre de logements sociaux

    (p .p . 19-22)

    Le Droit au logement opposable (DALO) a t introduit en 2008 pour les personnes ayant vritablement besoin dun logement ( partir de 2012, cette loi sera dapplication pour toute personne ayant droit un logement social)

    Un programme national de rnovation des villes et des programmes de reclassification de quartiers dgrads permettront des interventions grande chelle dans les zones urbaines, qui prendront en compte les objectifs de prserver/promouvoir la mixit sociale dans les quartiers, ce qui constitue un objectif horizontal prsent dans de nombreuses politiques et mesures juridiques lies au logement

    La mise en uvre du DALO devra inclure toutes les parties concernes, y compris les agences de logements sociaux, les organisations comptentes et les communauts locales . Les politiques du logement sont soutenues par des tudes sur la quantit de logements disponible et sur les besoins de logement .

    Un travail conduit principalement par le Conseil national de lutte contre la pauvret et lexclusion sociale a prcd llaboration du PAN . Le processus de consultation et de prparation (appel Grenelle de linsertion) a t supervis par un comit de surveillance compos de diffrents groupes de travail et a impliqu 14 vnements dinformation consacrs diverses problmatiques lies lemploi, telles que les conditions de travail, la promotion de la sant sur le lieu de travail et les mthodes et les outils pour aider les jeunes trouver un emploi .

    coordonnes des membres du comit de la protection socialeDominique Libault, directeur de la Scurit socialeMinistre du travail, des relations sociales et de la solidarit14, Av . Duquesne, 75350 Paris, FranceTl .: +33 140 56 70 34Courriel: dominique .libault[a]sante .gouv .fr

    Marie KeirleMinistre du travail, des relations sociales et de la solidarit14, Av . Duquesne, 75350 Paris, FranceTl .: +33 140 56 85 31Courriel: marie .keirle[a]sante .gouv .fr

    France

  • 14 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    agenda social europenLobjectif gnral de lagenda, qui sera renouvel en 2010, est de moderniser le modle social europen et de veil-ler non seulement ce que les politiques conomiques, sociales et de lemploi convergent, mais aussi ce quelles travaillent en synergie . La Commission europenne utilise une combinaison doutils politiques pour atteindre les objectifs tablis dans lagenda, comme la lgislation, le dialogue social, des instruments financiers et la coopra-tion entre tats membres .

    comit de la protection sociale (cps) de lueLe processus de la protection sociale de lUE est coordonn par le Comit de la protection sociale de lUE . Ce groupe se compose de deux dlgus de chaque gouvernement national et de deux reprsentants de la Commission europenne . Ses tches consistent surveiller les tendances dans le domaine social, laborer des politiques de protection sociale, promouvoir lchange de connaissances, dexprience et de bonnes pratiques, ainsi qu tablir des rapports, formuler des avis ou entreprendre dautres travaux relevant de ses

    comptences .

    examen par les pairs (peer review)Dans un processus dexamen par les pairs, des collgues et des experts dexprience similaire mettent leurs connaissances et leur exprience en application pour examiner de manire critique et apprendre mutuellement du travail de lautre . Employ frquemment dans le monde universitaire, ce processus est de plus en plus utilis dans dautres domaines de travail .

    examen par les pairs dans le domaine la protection sociale et de linclusion socialeLexamen par les pairs dans le domaine de linclusion sociale est fond sur une srie de sminaires durant lesquels les reprsentants des gouvernements nationaux invitent leurs collgues des autres tats membres pour valuer une politique actuelle, un programme ou un arrangement institutionnel . La premire tape dun examen par les pairs voit le gouvernement du pays hte prparer un bref rapport au sujet dune politique donne, puis un expert indpendant produire un autre rapport pour situer la politique dans un contexte plus large . Sur base de cela, les reprsentants des autres gouvernements rdigent des commentaires, en incluant des informations sur la situation dans leur propre pays . Ils se rencontrent ensuite et examinent la politique du pays hte de plus prs par des visites sur site, des prsentations supplmentaires et une discussion . Pour la troisime et dernire tape, les htes rassemblent les commentaires et les avis pour amliorer leur pratique .

    Mthode ouverte de coordinationLa mthode ouverte de coordination est un instrument de coordination politique entre les tats, base sur une coopration volontaire . Elle utilise des mcanismes dits de soft law tels que des lignes directrices et des indicateurs, le benchmarking et lchange des meilleures pratiques . On les appelle soft law parce que ces mcanismes nimpliquent pas de sanctions officielles . La MOC a dabord t cre dans le cadre de la politique europenne de lemploi ; aujourdhui, on lutilise dans diffrents domaines, comme la MOC sociale, la politique

    de la jeunesse et lducation .

    Glossaire

    7

  • Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010 / 15

    Mthode ouverte de coordination socialeCommunment appele la MOC sociale, la mthode ouverte de coordination sociale est une approche modre vers la coordination politique, dans laquelle les dcisions politiques restent du ressort des autorits nationales et laquelle la coopration est volontaire . La MOC est organise en cycles de trois ans et se compose de plusieurs lments cls: les objectifs communs, les rapports nationaux sur les stratgies de la protection sociale et dinclusion sociale, et les indicateurs communs .

    objectifs communsDans le cadre de la MOC sociale, les tats membres se sont fix des objectifs communs . Les tats membres traduisent ces objectifs communs en politiques nationales dans les Plans dAction Nationaux . Ils sont libres de dterminer la

    manire dont ils atteindront ces objectifs .

    plan daction national pour linclusion socialeCes plans dcrivent les priorits des politiques sociales nationales et esquisse le dveloppement des tendances dans le domaine socio-conomique . La plupart de ceux-ci ne mentionnent pas de budget pour chaque objectif et

    ne prvoient pas de programme pour leur mise en uvre .

    processus de protection sociale et dinclusion sociale de lunion europennePar ce processus, lUnion europenne coordonne et encourage les tats membres lutter contre la pauvret et lexclusion sociale et rformer leur systme de protection sociale sur base dchanges dides sur les politiques et de lapprentissage mutuel . Ce processus utilise la mthode ouverte de coordination (MOC) .

    progress (le programme de lue pour lemploi et la solidarit sociale 2007-2013) Le but de ce programme de financement est de renforcer la porte de la politique sociale europenne et dinformer les responsables politiques . Il finance une srie dactivits de soutien, comme des examens par les pairs, des projets dchange transnational, des tudes comparatives et des vnements . Le programme PROGRESS finance galement les principaux rseaux europens, y compris (entre autres) EUROCITIES .

    rapports conjoints sur la protection sociale et linclusion socialeChaque anne, la Commission europenne et le Conseil des Ministres adoptent un Rapport conjoint sur la protection sociale et linclusion sociale . Celui-ci se base sur une valuation de tous les rapports nationaux sur les stratgies pour dcrire les progrs des politiques nationales et dfinir les priorits cls dintrt commun pour tous les tats membres .

  • 16 / Le processus de protection sociale et dinclusion sociale de lUE 2008-2010

    rapport stratgique national sur la protection sociale et linclusion sociale (rsn)Tous les trois ans, les ministres nationaux chargs des affaires sociales rdigent un rapport national sur les stratgies . Ces rapports prcisent les mesures politiques qui ont t envisages pour atteindre les objectifs communs de la Mthode ouverte de coordination . Les rapports nationaux sur les stratgies fournissent une vue densemble sur la situation socio-conomique de chaque pays, sur les dfis lis lvolution sociale, notamment sur les priorits politiques des gouvernements nationaux et sur les mesures qui soutiendront leur mise en uvre . Le rapport national sur les stratgies est compos de quatre sections, dont le Plan daction national (PAN) pour

    linclusion sociale .

  • Cette publication est finance par le Programme de la Communaut europenne pour lemploi et la solidarit sociale (2007-2013) . Ce programme a t cr pour soutenir financirement la mise en uvre des objectifs de lUnion europenne dans le domaine de lemploi et des affaires sociales, comme indiqu dans lAgenda social .

    Dans ce sens, le programme PROGRESS aspire : fournir des analyses et des orientations dans les domaines de lemploi, de la solidarit sociale et de lgalit des sexes; assurer le suivi et faire rapport sur la mise en uvre de la lgislation et des politiques communautaires dans les domaines de lemploi, de la solidarit sociale et de lgalit des sexes; encourager le transfert, lapprentissage et le soutien politiques entre tats membres concernant les objectifs et les priorits de lUE; et relayer les avis des parties prenantes et de la socit au sens large .

    Pour en savoir plus, voir: www .ec .europa .eu/social/main .jsp?catId=327&langId=en

    Les informations prsentes dans cette publication ne refltent pas ncessairement la position ou lavis de la Commission europenne .

    Ce rapport a t ralis par: Simon Guentner, EUROCITIES Senior Policy Officer Social Affairs,Anna Drozd, EUROCITIES Programme Officer Social Inclusion,Rory Moody, EUROCITIES Communications Officer Inclusive Cities

    EUROCITIESSquare de Mees 1, B-1000 Bruxelles, BelgiqueTlphone: +32 2 552 08 88 www .eurocities .eu

  • PROGRESS September 2009