rÉchauffement climatique et co 2 par r. giraudon géologue, docteur ès sciences

Download RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET CO 2 par R. Giraudon géologue, docteur ès sciences

Post on 04-Apr-2015

104 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Page 1
  • RCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET CO 2 par R. Giraudon gologue, docteur s sciences
  • Page 2
  • La terre subit actuellement un rchauffement climatique Les mesures, depuis quelles sont effectues, donnent une augmentation de 0,7 0,8c en 140 ans.
  • Page 3
  • Diminution de la surface et de lpaisseur de la banquise dans lArctique
  • Page 4
  • Recul des glaciers (1,8 km depuis 1830 pour la mer de Glace)
  • Page 5
  • Diminution des neiges ternelles qui coiffent le Kilimandjaro
  • Page 6
  • VARIATIONS CLIMATIQUES Le climat terrestre a toujours vari. lchelle des temps gologiques, la terre a t tour tour torride ou glace pendant les presque 4 milliards dannes qui ont prcd le palozoque. Ainsi a-t-on trouv sous lquateur des conglomrats glaciaires (tillites) datant de plus dun milliard dannes (Cameroun).
  • Page 7
  • Page 8
  • LEurope a vu se succder la fin de lre Primaire : un climat dsertique chaud au Dvonien (environ de -400 -350 millions dannes) ; un climat quatorial humide au Carbonifre ; puis, aprs une glaciation, nouveau un climat chaud et dsertique au Permien (environ de -300 -250 millions) qui a encore perdur au Trias. Depuis 25 millions dannes nous sommes dans une priode glaciaire longue, dont nous ne sommes pas encore sortis, module par des oscillations de priodes plus courtes. Ainsi, plus prs de nous, au Quaternaire, lhomo sapiens ou ses anctres ont connu quatre glaciations et quatre priodes chaudes interglaciaires.
  • Page 9
  • La dernire, la glaciation de Wrm, a dur 80.000 ans, avec un froid maximum il y a 20.000 ans, puis un rchauffement rapide avec des pluies abondantes et une monte du niveau de la mer de plusieurs dizaines de mtres. Cest ce rchauffement qui a permis la naissance de lagriculture (nolithique). Le Sahara tait alors une savane arbore peuple de girafes, dhippopotames et autres animaux quon ne trouve maintenant que bien plus au Sud (ce que rvlent de nombreux rupestres).
  • Page 10
  • Plus prs de nous et dans les temps historiques ont a pu mesurer avec plus de prcision des oscillations de priodes encore plus courtes. Ainsi au Moyen ge il y eut une phase de rchauffement qui engendra une priode de prosprit conomique (le Groenland tait alors une Terre Verte). Elle fut suivie dune priode froide ( petit ge glaciaire ) qui culmina aux 17me et 18me sicles. Depuis le milieu du 19me sicle, nous sommes entrs dans une priode de rchauffement qui sest acclre depuis 1980.
  • Page 11
  • Cependant les courbes diffrent suivant quon est dans lhmisphre nord :
  • Page 12
  • ou dans lhmisphre sud :
  • Page 13
  • LES CAUSES DES VARIATIONS CLIMATIQUES 1) Les causes identifies lchelle des millions dannes les causes des variations, parfois normes, sont mal connues et du domaine des hypothses. lchelle des milliers dannes, le climat change en fonction de lexcentricit de lorbite terrestre (priode denviron 100 000 ans), de linclinaison de laxe de rotation de la terre par rapport au plan de lorbite (priode denviron 40 000 ans) et de la prcession des quinoxes (priode denviron 20 000 ans) ainsi que des fluctuations de lactivit du soleil. La Terre nest dailleurs pas la seule subir ces variations : Russes et Amricains (NASA) ont not qu l'instar de notre plante, Mars a subi rcemment un rchauffement climatique global conditionn par l'accroissement significatif et durable de la luminosit solaire au cours du XXme sicle.
  • Page 14
  • 2) Leffet de serre Notre atmosphre agit comme le verre dune serre. Fonctionnement : Notre Terre se rchauffe par la diffrence entre la totalit du flux mis et le flux rmis par les gaz effet de serre vers sa surface. Sil ny avait pas cet effet de serre, notre plante dont la temprature moyenne est actuellement de 14 15c, descendrait rapidement, selon Gerlich et T, -18c et nos ocans seraient gels des ples aux tropiques.
  • Page 15
  • Reprsentation schmatique de leffet de serre :
  • Page 16
  • LEffet de Serre dpend de deux facteurs :
  • Page 17
  • 2) La capacit dabsorption de ces GES pour les rayons infrarouges Schma :
  • Page 18
  • Capacits dabsorption relatives des GES
  • Page 19
  • PRG (Pouvoir de Rchauffement Global) des GES : il est exprim en "quivalent CO 2 ", celui-ci tant par dfinition fix 1. PRG des GES
  • Page 20
  • La tension de la vapeur deau sature dans latmosphre sa temprature moyenne de 15c est de 13g/litre, ce qui correspond en volume 1,6%. On retiendra comme degr dhumidit moyen 60% ce qui donne une teneur en vapeur deau de 1%.
  • Page 21
  • En composant les deux facteurs des GES Concentration et PRG ( F dans le tableau), on obtient ainsi un Pouvoir de Rchauffement Pondr (PRP)
  • Page 22
  • Ce qui signifie :
  • Page 23
  • Le principal gaz effet de serre, est donc bien la vapeur deau, 27 fois plus abondante que son suivant immdiat, le dioxyde de carbone (CO 2, ou gaz carbonique), avec un pouvoir dabsorption des infrarouges 8 fois suprieur celui- ci, ce qui fait quau total elle contribue 219 fois plus que lui au rchauffement de la plante.
  • Page 24
  • 3) Les cycles des GES Tous les GES ont un cycle mais on ne sintressera ici quaux deux plus importants, celui de la vapeur deau incluse dans le cycle de leau et celui du carbone qui dans latmosphre se manifeste plus de 99% sous forme de dioxyde de carbone (CO 2 ). Pour ce dernier on a distingu un cycle organique et un cycle inorganique.
  • Page 25
  • Page 26
  • Part anthropique Les chiffres ci-dessus doivent tre multiplis par 3,66 pour avoir des gigatonnes de CO 2 Organic
  • Page 27
  • Page 28
  • Le dernier schma montre que les ruptions volcaniques ont un effet global ngligeable en tant qumetteurs de GES : (environ 1,1 milliard de tonnes/an de CO 2 (soit ~ 40 ppm de celui contenu dans latmosphre). En revanche, lorsquelles projettent des km3 de roches dans latmosphre, les poussires ainsi gnres font cran la lumire du soleil et avant quelles ne retombent au bout dune ou plusieurs annes, elles peuvent refroidir la Terre de quelques fractions ou plusieurs degrs. Cest ce qui sest produit lors des explosions du Vsuve en 79, du Krakatoa le 27 aot 1883 entre Java et Sumatra, du Katma le 6 juin 1912 en Alaska et plus prs de nous du mont Pinatubo dans les les Philippines en 1991.
  • Page 29
  • Le volcan Katma, Alaska
  • Page 30
  • 4) La part anthropique : Rvalue rcemment, elle se situe aujourdhui entre 26 et 29 gigatonnes suivant les sources consultes. Cette part correspond donc au maximum 1% du CO 2 contenu dans latmosphre qui lui mme ne reprsente que 0,45% du Pouvoir de Rchauffement Pondr des GES, soit in fine : 45 ppm.
  • Page 31
  • Autrement dit : LA PART DU DIOXYDE DE CARBONE DORIGINE FOSSILE MIS PAR LES ACTIVITS HUMAINES A UNE INFLUENCE NGLIGEABLE SUR LE RCHAUFFEMENT CLIMATIQUE !
  • Page 32
  • LA MANIPULATION DES DONNES PAR LE GIEC : Comment le GIEC ( Groupe international des Experts en Climat constitu par les Nations Unies IPCC en anglais ) est-il arriv la conclusion que ctait les activits humaines qui taient lorigine du rchauffement climatique constat dans lhmisphre Nord ?
  • Page 33
  • Il semble que ses experts (mais pas lunanimit) ont pous la thse dun savant sudois - Svante Arrhnius (1859-1927) qui stait pos la question de savoir si le dveloppement industriel nallait pas avoir des consquences sur notre atmosphre et sur le climat. Convaincus de la justesse des vues dArrhnius, ils ont cherch les dmontrer.
  • Page 34
  • Pour commencer, quand ils ont diffus les PRG des GES lors du protocole de Kyoto de 2001, ils ont enlev celui de la vapeur deau quils nont dailleurs plus retenu par la suite dans la liste des GES car elle ne dpendait pas de lactivit humaine. Nanmoins, ils nont pas compltement occult cette vapeur deau laquelle ils concdent, sans explication, un rle dans leffet de serre, qui va de 50 80%, (le plus souvent 65%) au lieu de 99,41% !
  • Page 35
  • Ensuite dans les donnes dont ils disposaient, notamment celles sur les teneurs en CO 2 issues des prlvements de carottes glaciaires, ils ont fait une slection et nont retenu que celles qui sont entoures dans le graphique qui suit, lequel montre un accroissement de 280 384 ppm depuis 1800 jusquen 1998 soit +37% :
  • Page 36
  • Page 37
  • En ce qui concerne la temprature, ils sont partis de la priode chaude du moyen ge pour aller vers le petit ge glaciaire afin de montrer une courbe descendante qui remonte ensuite partir du milieu du 19 me sicle. Sur la base de ces donnes ils ont rapproch les deux courbes et en ont conclu que le rchauffement commenait avec le dbut de lre industrielle ! Voici ces deux courbes :
  • Page 38
  • Page 39
  • Dautres experts, y compris du GIEC, ont vrifi les donnes utilises par celui-ci et les ont compltes. Tous ont utilis des mesures de dendrochronologie pour valuer les tempratures dans les priodes o il ny avait pas darchives disponibles. Sur ces bases, les courbes obtenues sont quelque peu diffrentes de celles publies par le GIEC pour le protocole de Kyoto de 2001 :

Recommended

View more >