réchauffement climatique : les nouveaux résultats des modèles français

Download Réchauffement climatique :  les nouveaux résultats des modèles français

Post on 18-Jan-2016

22 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Réchauffement climatique : les nouveaux résultats des modèles français. Contexte général.  Le prochain rapport du GIEC paraîtra en 2007. - PowerPoint PPT Presentation

TRANSCRIPT

  • Rchauffement climatique : les nouveaux rsultats des modles franais

  • Contexte gnral Le prochain rapport du GIEC paratra en 2007. Les rsultats publis dans le prcdent rapport montrent que les incertitudes sur le rchauffement plantaire sont pour moiti dues aux scnarios et pour moiti dues aux modles. Les incertitudes lies aux modles proviennent de la difficult de reprsenter tous les processus, leurs chelles de temps et d'espace et les interactions qui modulent le climat de la plante.

  • Projections des variations de la temprature moyenne plantaire en surface (C) (GIEC, 2001)

  • Contexte gnral Le prochain rapport du GIEC paratra en 2007. Les rsultats publis dans le prcdent rapport montrent que les incertitudes sur le rchauffement plantaire sont pour moiti dues aux scnarios et pour moiti dues aux modles. Le GIEC a recommand la communaut scientifique la ralisation dun ensemble de simulations du climat pass et du climat futur. La Mission Interministrielle de lEffet de Serre a recommand aux quipes franaises de participer cet exercice.

  • Les scnarios de base

  • Les modles franaisAtmosphre et surf. continentale(LMDZ ou ARPEGE)Ocan et glace de mer(ORCA-LIM)coupleur(OASIS)

  • Evolution de la temprature globale pour les diffrents scnariosPriode de rfrence 1961-1990

  • Les deux modles franais par rapport aux autres modles : prcipitations

  • Temprature pour 2 scnarios extrmes

  • Prcipitations pour 2 scnarios extrmes

  • Rsultats-Conclusion Les rsultats l'chelle plantaire renforcent les conclusions du rapport 2001, mais des incertitudes demeurent malgr l'amlioration des modles. Mais les rsultats sont souvent diffrents lchelle dune rgion de la plante, permettant ainsi de mieux apprhender la question des incertitudes partir des rsultats de plusieurs modles.

    Les 2 modles franais ont un comportement satisfaisant vis--vis de nombreux critres climatologiques et produisent un rchauffement lgrement plus forte que la moyenne. Le rchauffement moyen plantaire calcul pour un mme scnario est comparable avec les 2 modles.

  • African monsoon representation in CMIP2 simulationsClimatology of rainfall 10S - 20NSource : DOrgeval et al. (2005)

    Les diffrentes courbes reprsentent pour les donnes et pour chaque modle l'cart la priode 1961-1990.Le modle de l'IPSL qui tient compte des diffrents effets lis aux arosols sulfats reprsente bien la tendance du rchauffement observe au cours du 20me sicle. Les deux modles produisent un changement de temprature quivalent pour le scnario le plus fort (A2) de 4C. Le rchauffement est d'autant moins marqu pour le modle du CNRM que le scnario d'mission est faible. Pour le scnario b1 la diffrence entre les deux modles atteint 0.5 C en 2100.Les scnarios de stabilisation montrent que le climat continue de s'ajuster et la temprature d'augmenter. La pente de cette augmentation est plus forte pour le scnario lev (A1b par rapport B1). En 200 ans de stabilisation le systme ne s'quilibre pas, alors que les concentration en gaz effet de serre sont constantes, et le rchauffement supplmentaire est de l'ordre de 0.4 degrs pour le scnario b1 et de 0.7 degrs pour le scnario A1b en 2300Les deux modles franais ont un comportement similaires au regard de l'ensemble des simulations de l'exercice IPCC.Les rsultats des diffrents modles montrent une dispersion relativement similaire celle produite pour le rapport 2001. Les modles du CNRM et de l'IPSL produisent un rchauffement climatique lgrement suprieur la moyenne des modles participants l'exercice IPCC.La dispersion est plus marqu pour le scnarios faible (B1).

    Comme pour le rapport 2001, la dispersion entre les modles est plus grande pour l'volution des prcipitations. Comme pour la temprature les deux modles franais produisent des changement relativement proches. On peut noter cependant que le modle du CNRM produits des variations interannuelles de plus forte amplitude. L'analyse conjointe des deux simulations permettra de dterminer les facteurs contribuant ces diffrences. Les modifications de prcipitation produites par les modles franais correspondent une intensification de l'ordre de 7% pour le scnario A2 et de 3% pour le scnario B1.La dispersion des modles est bien plus grande pour le scnario fort (A2) que le scnario faible (B1). A l'chelle du globe, les deux modles s'accordent sur les grandes structures du rchauffement climatique.Les rgions continentales de l'hmisphre nord et les rgions arctiques se rchauffement plus que la moyenne du globe. L'hmisphre sud un rchauffement moins marqu et il y a pratiquement aucun changement dans les rgion du courant circumpolaire. Les deux modles prsentent une zone de temprature lgrement plus froides dans Atlantique nord. Le faible refroidissement de ces rgions provient de modifications de la circulation ocanique. Cet effet est plus marqu dans le modle du CNRM que dans le modle de l'IPSL. On peut aussi noter que le rchauffement simul dans les rgions sches s'tendant de l'Afrique au nord de l'Inde est relativement marqu pour les deux modles, et plus fort que les rsultats obtenus pour le rapport de 2001. Pour un mme modle, les caractristiques du rchauffement ont environ les mmes structures, mais une amplitude moindre pour le scnario B1. La diffrence entre les deux scnarios est d'environ 2C sur la rgion europenne.La comparaison des rsultats obtenus avec les deux modles montrent quelques disparits rgionales. Il est donc important de confronter les rsultats, pour dterminer les incertitudes lies aux modles et leurs consquences sur les interprtations des effets du changement climatique. En particulier, le rchauffement est plus fort sur l'Europe pour le modle de l'IPSL. Le refroidissement de l'Atlantique Nord est bien marqu pour le modle du CNRM avec un minimum en mer du Labrador, alors que pour le modle de l'IPSL le refroidissement se produit plutt dans les mers nordiques. Ces diffrences proviennent de simulations diffrentes des formations d'eau profonde ocanique dans ces rgions. On peut aussi noter des diffrences importantes sur le continent amricain. Les diffrences des modifications de temprature de l'ocan subtropical (ex en Atlantique) rsultent des diffrences d'extension de la zone de faible rchauffement de l'Atlantique Nord et de diffrences dans le comportement des rgions de mousson (Afrique, Inde).Comme pour les cartes de changements de temprature, de grandes tendances se dgagent des cartes de changement de prcipitation. Les rgions du globe aujourd'hui sches tendent s'asscher et les rgions humides s'humidifier. L'augmentation des prcipitation est le plus marque dans les rgions tropicales. L'aridification est plus marque dans les rgions subtropicales. Les deux modles s'accordent pour prvoir une aridification des rgions mditerranennes et une humidification des rgions plus nordiques (Europe du nord).Les rsultats des deux modles sont plus comparables pour le scnario A2 que pour le scnario B1, en particulier sur l'Amrique du nord.Alors que le rchauffement des rgions africaines prsente de nombreuses analogies entre les deux modles, les changements de prcipitations sont trs diffrents. La plus grande disparit sur l'amplitude et la rpartition gographique des prcipitations provient du caractre de trs petite chelle des nuages et de la pluie, qu'il est difficile de reprsenter correctement dans les modles de grande chelle, malgr les progrs notables raliss ces dernires annes.

Recommended

View more >